Au jour le jour 2015

Samedi 31 janvier

De même que l’on n’apprend pas à faire la grimace à un vieux singe de derrière les fagots, nos vignerons, pour la plupart, se réservent un bon petit carré de terre destiné aux plantations de fruitiers toutes catégories, manière de les savourer le jour où sonnera l’heure de raccrocher les ciseaux.

Jeudi 29 janvier

Comme bon nombre de ses collègues qui, à coups de ‘’bennettes’’, brouettes, lames ou petites pelles, arrangent du mieux possible, les dégâts des récentes pluies diluviennes, Jean-Pierre, derrière le Roc, s’attaque patiemment à un sacré chantier de ‘’rebouchage’’.

Mardi 27 janvier

Au coin des Counties, par tramontane à décorner les bœufs, les Jourda, père et fils, en avance sur leur saison de taille, profitent d’un samedi ensoleillé pour redessiner les contours d’un ruisseau qui n’a pas résisté aux 400 mm de pluie tombée fin novembre.

On n’a pas tous les jours 3 fois 20 ans, alors bisou à Josette et Louis.

Samedi 24 Janvier

La population s’était donnée rendez-vous à la Maison de Paul, pour écouter d’abord, d’une oreille attentive, les vœux de notre cher maire Sid, et pour apprécier ensuite, le simple fait de déguster et partager tranquillement nos vins de terroir et toutes ces tartes, quiches et compagnie, concoctées par notre cordon bleu cinq étoiles Margarète. Bien loin des troubles qui agitent les quatre coins de la Planète, dans notre petit village éloigné du Fenouillèdes, comment ne pas logiquement savourer, en attendant le Paradis, le seul fait d’être Planézol.

Jeudi 22 Janvier

A chaque inondation, le tuyau d’évacuation des eaux filtrées de la station, se retrouve embourbé jusqu’aux oreilles. Alors, sous peine de retrouver une ‘’flacasse’’ nauséabonde farcie de sympathiques moustiques au milieu du chemin, le plus simple est de tout déboucher.

Mardi 20 Janvier

Deux petits rendez- vous cette semaine à la Maison de Paul :
Vendredi 23, les incontournables vœux de Monsieur le Maire.
Samedi 24, concert avec le groupe Soul Jamaïca.

Samedi 17 Janvier

Peu de nos vignerons de nos jours désormais, se lancent dans des projets de replantations, contrairement aux belles années 80 /2000, où les arrachages se faisaient tout azimut, (bien souvent cependant, au détriment de ce pauvre cépage Macabeo, qui aurait mérité un meilleur sort). Aussi, à regarder la charrue ‘’roundinéger’’ sur les Peyrières de Sid, en traçant des sillons d’un mètre de profondeur, c’est toute une époque qui remonte à la surface, et beaucoup signeraient des deux mains pour y retourner.

Mercredi 14 janvier

JE SUIS CHARLIE
Par un sinistre mercredi qui fera date, sur les cendres même de Charlie Hebdo, est né : JE SUIS CHARLIE !
Tout un peuple, au diapason, à l’unisson, s’est levé tel un raz de marée, en apprenant l’assassinat sauvage de femmes et d’hommes épris de liberté.
Cette liberté d’expression si chère à Charlie Hebdo, cette liberté tout court décidément payée au prix fort.
Contre vents et marées, menaces, haine et violence, leurs plumes et crayons suffisaient.
Désormais éternels, en passe de devenir, malgré eux et à contre-courant de leurs idées, un symbole de la République, un symbole de rassemblement, un symbole de résistance à l’obscurantisme et à la barbarie, les boys de Charlie Hebdo, à travers cette tragédie, nous rappellent combien est grande la chance de pouvoir vivre, libres et unis, dans ce pays unique au monde qu’est la France.
Puissions-nous nous en souvenir une fois atténué le trop-plein d’émotion d’aujourd’hui.
Gros bisous à Rémy, le Narbonnais au grand cœur qui, de belle manière, a rendu hommage à JE SUIS CHARLIE.

Lundi 12 Janvier

Sur le parking de la cave coopérative, les riverains que sont Monique, Maxime et Patrice ont repéré un léger trou dans le goudron les incitant, par précaution, à y placer les containers poubelles dessus, manière d’éviter des soucis avec les enfants ou autres. Peu de temps après, le sol s’effondrera sous le poids des containers, révélant ainsi un mini cratère. Le tunnel souterrain, tout de pierres bâti voilà des siècles, qui traverse le village des quais de la Cave au Jardin de Monsieur Loubet a sans doute, lors des dernières intempéries, subi des dommages à cet endroit là. L’eau tourbillonnante sortant ‘’de son lit’’ se chargera de faire le vide autour d’elle jusqu’à gratouiller le goudron. Un travail de mini pelle et de buses béton sera bientôt à l’ordre du jour mais le principal reste que personne n’ait vu le trou de trop près.

Vendredi 9 janvier.

Le temps printanier qui ‘’roundinège’’ sur le secteur en ce moment, est propice à de belles balades. Alors, mamie Jeannette prend plaisir à promener ses petites filles Andréa et Angélina, en toute tranquillité, autour du village.

Mercredi 7 janvier

Tous les mardis de 18h à 21h, le Chalet de Ben vous attend en face de l’ancienne épicerie de Joséphine, dite le catcheur, pour vous proposer hamburgers, frites, boissons et même bientôt kebabs.
Contact et réservations au 06 58 72 96 60

Lundi 5 janvier

Un gros poutou d’anniversaire à Jo pour qui le compte à rebours de la retraite a déjà commencé et qui, passant en revue avec délicatesse chacun de ses ceps, oscille entre la nostalgie de ses jeunes décennies écoulées et le plaisir de savourer bientôt, après un dernier millésime, une retraite cent fois méritée.Il y a des mots, dans le Petit Larousse qui, de nos jours, n’existent toujours pas, alors, que dire à Josette, Louis, Cédric…aujourd’hui perdus tout au fin fond d’une détresse sans nom ?


Samedi 3 janvier

Côté Tourredeille, la cochenille blanche qui comptait passer l’hiver au chaud sous l’écorce des pêchers de Patrice, a sûrement du souci à se faire. Pareille à ces ‘’pillous’’ d’étourneaux qui se croient tout permis, elle risque un sacré retour de manivelle, une fois avalé le produit pulvérisé de main de maitre par la précieuse Solo.

Jeudi 1er janvier

Sur des visages de vigneronnes et vignerons heureux de vivre au pays, Au Jour Le Jour entame sa 12 ème année. Puisse 2015 faire preuve de tendresse et sollicitude envers nous tous…


Samedi 28 février

Le Bonzoms de Baixas, ancien avant-centre des Pallagoustys des belles années, endosse, à l’occasion dans son jardin, son costume de vigneron, maraîcher ou arboriculteur. Passionné de pétanque, il s’entraine régulièrement, poussant parfois le vice à faire des ‘’carreaux’’ avec des oranges amères. La joie de vivre chevillée au corps, fidèle en amitié, le plaisir est toujours immense de le retrouver. Mais, attention toutefois à ne pas faire appel à lui pour la taille des amandiers car depuis Attila en l’an 450, personne ne ratiboise mieux que lui.

Jeudi 26 février

Une fois tous les 30 ans, il est nécessaire de faire un peu de ménage dans nos garages agricoles où, à force d’entasser des outils en tout genre, un grand nombre d’entre eux se révèle, au final, tout juste bons pour la déchèterie.

Mardi 24 février

Sur le fond de l’Olivette, l’Agly, bien aidée par le ruisseau de Cassagnes, s’est invitée, une fois de plus avec pertes et fracas dans la syrah de Robert en ne laissant pas d’autre choix à ce vigneron dans l’âme que de remonter la terre à coups de patience et de ‘’bennettes’’.

Dimanche 22 février

Les fleurs roses et blanches d’amandiers disséminées aux quatre coins du terme et celles jaunes pétard du monument aux morts, nous annoncent que les portes du printemps trépignent de s’ouvrir.

Vendredi 20 février

Les artichauts, fèves, salades et compagnie, à chaque gelée ‘’acatent’’ les oreilles en sachant très bien, qu’à priori, cette dernière annonce une belle journée ensoleillée.

Mercredi 18 février

En ce jour d’anniversaire, quelques photos pour Martine d’un village Jurassien (Champagnole) qui conserve précieusement à chaque coin de rue, ses merveilleux souvenirs de petite fille.

Lundi 16 février

Placer un garde-corps d’un petit quintal à trois mètres de haut en se servant de deux échelles bricolées comme échafaudage, est un tour de force supplémentaire de notre ferronnier Alex qui, décidément, n’est pas un ferronnier comme les autres.

Samedi 14 février

Les cages de hand du tournoi de sixte Estagellois de l’été 80 sont aux Pallagoustys Planézols ce que les poteaux carrés de l’Hampden Park de Glasgow sont pour l’ASSE de l’année 76. Si ces derniers, à grandes pompes, sont entrés depuis au Musée Stéphanois, leurs collègues Estagelloises, elles, sauvées in extremis de la déchetterie et rapatriées illico presto à dos de J7 au village en 2004, sont aujourd’hui à bout de souffle et complètement déglinguées. Une fois mise en place une nouvelle génération de cages, les vieux cadres en bois repeints à neuf, partiront en retraite dans un jardin secret de la Tourredeille.

Mercredi 11 février

Il est bien agréable de s’arrêter à l’occasion à l’angle du 5 Rue de la République, manière de discuter 5 minutes avec notre bon ferronnier Alex qui, sans jamais se départir de son grand sourire, soude, ponce, perce, peint … pratiquement 24 h sur 24.

Dimanche 8 février

Après une semaine plus que frisquette où les flocons de neige, à plusieurs reprises, sont venus ‘’roundinéger’’ jusqu’aux fenêtres, Bruno profite d’un rayon de soleil clément pour refaire son stock de bois vu que la météo Roussillonnaise annonce, incessamment sous peu, des baisses de température.

Vendredi 6 février

En cette fin janvier, Chemin de la rivière, la sympathique famille Pastor attendait l’arrivée de leur petitou avec la même ‘’patègue’’ qu’un communiant attend l’heure du millefeuille. La maman s’appelant Fanny, quoi de plus naturel que le petit bout de chou, venu au monde en ce 2 février, se prénomme Marius ? Sa grande sœur Charlotte se retrouve, d’un seul coup d’un seul, avec un vrai poupon à la maison. Souhaitons longue vie au ‘’pitchounet’’ Planézol et souhaitons à sa maman de bien se reposer. Quant à son papa Jérémie, macarelle, il ne fait aucun doute qu’il est plus que ravi.

Mercredi 4 février

La traditionnelle tournée de l’almanach du facteur remonte au moins à la nuit des temps. On se souvient avec émotion et nostalgie de Monsieur Gallego, de Marcel, de Nathalie. Aujourd’hui, dans la droite lignée de ses prédécesseurs, Véronique s’occupe de notre petite contrée avec beaucoup de gentillesse et dévouement. Alors, chaque début d’année, quand sonne l’heure du calendrier, on se régale de prendre cinq minutes à le choisir afin de la remercier de ses visites quotidiennes.
PS : Bonne fête à notre factrice.

Lundi 2 février

Les pelles mécaniques de Paul et Rolland ‘’roundinègent’’ depuis peu sur les bords de l’Agly. Du Tamarin jusqu’au fin fond des Pachères, avec un air de déjà vu, ils remettent en état les chemins d’accès aux vignes, jardins et maisons.
PS : On n’a pas tous les jours 2 fois 30 ans ! Gros bisous à Cathy !!


Mardi 31 mars

Les Départementales du coin (Canton XV Vallée de l’Agly) ont tourné à l’avantage de Madame Lola Beuze et Monsieur Charles Chivilo, maire de Maury. En ce 2ème dimanche d’élection, l’occasion était belle de passer un petit moment ensemble à papoter entre Planézols, à siroter du café maison avant le verdict des urnes et des vins de terroir après, et saluer surtout nos Anciens qui se font rares de vue.

Lundi 30 mars

En marge des élections, au 1er étage de la Mairie, Hervé, tout en l’époussetant, veille comme une mère poule sur sa collection de fossiles, qu’il enrichit de nouvelles trouvailles à chacune de ses vacances passées dans les collines de Camps sur Agly (Aude). Son dernier trophée étant une vertèbre de mosasaure, ancêtre du varan, grand lézard marin de 2 à 15 mètres de long qui se prélassait sans doute, à l’époque, au milieu du Gourd’En Coq. Toujours, c’est un vrai plaisir de l’écouter raconter sa passion.

Samedi 28 Mars

Sous peine d’arriver en retard demain à la Maison du Peuple pour voter, ne pas oublier d’avancer montres et pendules d’une heure.

Jeudi 26 Mars

Un vigneron en difficulté pour panne de tracteur, peut toujours compter sur un collègue pour lui enlever l’épine du pied.

Mardi 24 Mars

Un nettoyage de printemps s’imposant dans le jardin de Monsieur Loubet, en prévision notamment des prochaines Musicales de L’Agly, Margarète ratisse large et passe au feu , branches de mimosa, lianes de lierre et tutti quanti.

Lundi 23 Mars

Rien que pour le plaisir de retrouver nos chers Planezols, on voterait bien chaque dimanche.

Dimanche 22 mars

Devant l’ancien garage de feu Monsieur Adolphe Jean qui, fa temps, faisant office de centrale agricole, regorgeait de soufre, sulfate et compagnie, Benjamin, installé désormais dans le secteur avec son chalet (Ben pizza), n’a de cesse de l’améliorer, peinture par ci et par là, afin de réserver le meilleur accueil possible à sa clientèle.

Samedi 21 mars

Depuis quelques heures, plus de doute possible, le Printemps s’est installé.

Mercredi 18 mars

Les élections Départementales prévues le 22 et 29 prochains font grand bruit, gaspillant au passage beaucoup de paperasses mais une chose est sûre, le Conseil Municipal, par équipes de 2 ou de 3, passera un bon moment à la permanence.

Lundi 16 mars

Bien planquée sur la place publique au beau milieu du platane de la Révolution, la belle et jeune tourterelle qui surveille d’un œil discret et attentif les alentours, se régale de couver sa future progéniture.
PS : Un bisou à notre PDG Cyril et à sa chère grand-mère.

Vendredi 13 mars

La Cave Trémoine à nouveau priméeAu récent concours Général Agricole de Paris, les Vignerons de Trémoine se sont hautement distingués en obtenant 4 médailles :
Or. Château Planèzes 2013. CRV Latour de France
Or. Cuxous 2013. CRV Caramany
Or. Le Barral 2013. CRV
Argent. Moura Lympany 2013. CRV
4 médailles synonymes de juste récompense pour une Cave Trémoine forte d’une soixantaine de coopérateurs arpentant quotidiennement un territoire aux mille facettes de 600 hectares produisant en moyenne 18.000 hectolitres.
Pour cette coopérative pratiquement centenaire, malmenée il y a peu par les intempéries, ces médailles décernées, viennent rappeler combien cette grande famille de vignerons des Hauts Cantons, à travers les épreuves et les décennies, trouve toujours les bonnes réponses aux questions posées pour sans cesse aller de l’avant.
Si le suivi parcellaire des vignes dédiées, mené de main de maitre, assure désormais la pérennité de toute la gamme AOC, la palme du mérite revient incontestablement à cette nouvelle jeune génération Trémoine qui n’hésite plus à délaisser ses chères vignes pour honorer des salons aux 4 coins de France (23 salons cette année : Caen, Chartres…) afin de mieux faire connaitre, avec l’accent en prime, ses vins de terroir.

Mercredi 11 mars

Avant les pluies annoncées qui risquent fort de compliquer la mise en place des patates, il vaut mieux profiter de cette période de lune propice (du 5 au 19) pour régler l’histoire.

Lundi 9 mars

Avec près d’un mois de retard, il a fini par fleurir, le mimosa si cher à Thérèse et Marcel. Espérons qu’il soit annonciateur de belles saisons à venir et de bonne santé pour les anciens ‘’pensionnaires’’ de Monique.

Vendredi 6 mars

Le Daniel, qui est né voilà ‘’fa temps’’ à trois pas du clocher, revient régulièrement au village rendre visite à son papa Lucien et à sa sœur Dominique, n’hésitant jamais à l’occasion de donner un coup de main à ses anciens collègues de l’école communale.

Mardi 3 mars

Par un après-midi d’un dimanche ensoleillé, pendant le ‘’siestou’’ de petit Marius et maman Fanny, Charlotte et son papa Jérémie, sur la Tourredeille, confectionnent quelques fagots de sarments en prévision de futures grillades.

Dimanche 1er mars

Une minette rousse, ‘’espatarrée’’ au coin d’un poêle, sur sa chaise préférée, apporte un début de réponse à ceux qui, aux portes de la retraite, se posent des questions.


Mercredi 29 avril

Notre chère Monique nous fait savoir que la Chorale de Triniac se produira ce samedi 2 mai à 17h00 à la Maison de Paul. Qu’on se le dise ! Le tarif est libre…

Mardi 28 avril

En ce dimanche de fin avril, de nombreux volontaires s’étaient donné rendez-vous devant la Mairie à 9h00 pour une ‘’virée nettoyage’’ sur les bords de l’ Agly allant du haut des Tamarins jusqu’au fond des Pachères. En l’espace de 2 heures de temps, la benne d’Eric et les véhicules d’Alex et Sid se sont retrouvés submergés de plastiques, ferraille, pneus et tutti quanti. Tout ce beau monde se retrouvait ensuite devant de la ‘’cousteille’’ et saucisse grillées avec le sentiment du devoir accompli. Gros poutous à Alexis, Enzo, Eva et Matteo qui, du haut de leur jeune âge, ont montré de belle façon, le chemin à suivre.

Dimanche 26 avril

Pour en savoir davantage sur l’activité de traiteur de Benjamin (Le Chalet de Ben), n’hésitez pas à cliquer sur le lien suivant :
http://www.leboncoin.fr/evenements/794965702.htm?ca=13_s
Merci d’avance pour lui.

Jeudi 23 avril

Quand, à l’aube de la saint-Georges, sans crier gare et rappliquant au grand galop, vos 60 ans toquent à la porte, un rosé Trémoine bien frais, partagé entre amis vient vous rappeller combien immense et inestimable est le bonheur d’être né libre comme l’air au beau milieu des vignes Planézoles. Merci à Louis et Gilles pour leur sympathique visite-surprise empreinte d’amitié, agrémentée d’un Ambré millésime 55 et d’un flacon d’Emile de derrière les fagots.

Mardi 21 avril

Excepté les parcelles taillées tard et les macabeos qui se font tirer les oreilles pour sortir de l’hiver, les vignes débourrent plein pot annonçant aux vignerons pas nés de la dernière pluie que les traitements vont bientôt commencer.

Dimanche 19 Avril

La Cave Trémoine vient d’être récemment récompensée de 4 médailles, dont trois en Or. Rien de bien surprenant, et comme dirait l’autre, c’est la juste logique d’un travail de fourmi effectué tout au long de l’année par chaque membre de cette cave emblématique. Et, la qualité XXXL de la dernière dégustation est gage de belles promesses à venir.

Jeudi 16 Avril

Roméo, Alpha, Sierra .Autrement dit, rien à signaler. La tournée phyto de Printemps concernant la taille et l’enherbement, donne rarement l’occasion à Laurent de distribuer des mauvais points. Le terme a été passé au peigne fin, et pour l’instant, tout beigne dans l’huile.

Mardi 14 Avril

Ils ne sont pas nombreux, ils sont même plutôt rares, ceux qui prennent encore plaisir à perpétuer l’Art du greffage. Le greffé-soudé en est le premier responsable, mais vu la mortalité élevée sur le cépage Syrah, Georges et Robert se font un point d’honneur chaque mois d’Avril, à redonner vie à ces pauvres ceps complètement desséchés, dont la sève, bien souvent pétante de santé en dessous du point de greffage, ne demande qu’à repartir pour un tour.

Dimanche 12 avril

La Bibliothèque Départementale était de passage jeudi dernier. Sous la houlette des souriants et sympathiques Nathalie et Michel, le stock complet de bouquins a été renouvelé. Il y en a pour tous les goûts. Prochaine tournée prévue aux vendanges. D’ici là, venez jeter un coup d’œil sur les 343 nouveaux pensionnaires de la Biblio.

Vendredi 10 avril

Joyeuse et longue retraite Josette !
En ce début mars, aux portes du printemps, autour d’un pot de l’amitié aux parfums de retraite, le village de Latour de France, par la voix de son Maire, Monsieur Pigeon Michel, a rendu un vibrant hommage à Josette, pour ses 34 années (1981 – 2015) consacrées à la bonne marche de la Mairie en tant que Secrétaire Générale.
Mais avant cette longue parenthèse Tourrille, la petite ‘’juvenotte’’, originaire d’Ille sur Têt, débute sa vie active du côté du Moulin à Vent Perpignanais au sein de la Société d’Informatique TOM.
Par une belle journée d’août 74, elle épouse Georges, notre Planézol et de fil en aiguille et au fil des mois, se laisse convaincre par notre Maire de l’époque, Monsieur Malet Charles de prendre la relève.
Elle franchit le pas aux municipales de 77. Première femme de l’histoire Planézole à prendre les rênes de la Mairie, elle devient par la même occasion à 21 ans et des poussières, le plus jeune Maire de l’hexagone.
Du haut de sa jeunesse et remplie d’insouciance, elle file tout droit vers une existence faite de responsabilités autant familiales, avec la venue au monde de Magalie et Yannick, que professionnelle avec, entre autres, 4 mandats consécutifs de Maire à venir (1977 – 2001).
Sont là, pour témoigner de son investissement Planézol, pêle-mêle, le terrain de pétanque sur la Clotade, le Cellier La Chapelle, la station d’épuration, les gîtes, la rénovation de la chapelle St Pierre, sans oublier la transformation de notre vieille salle de l’école communale, l’aménagement du second parapet, l’abribus, la place rouge, la remise à neuf de vieilles ruelles, le terrain de la St Jean, le réseau des égouts, la Biblio…
En 2001, son dernier projet de la ‘’Maison du Peuple’’ bien ficelé, elle passe la main en toute confiance à notre nouveau Maire Sid, qui se chargera de la réalisation des travaux.
Côté Tourril, plus de 3 décennies durant, elle côtoie 6 maires : Messieurs Honoré Carles (1971 – 1989), Ferrer Joseph (1989 – 1995), Pelissier Gilbert (1995 – 2001), Sol Michel (2001 – 2008), Colomes Jean-José (2008 – 2014) et Pigeon Michel (2014 – ?).
Fin stratège, sereine et sûre de bien connaître la ‘’boutique’’, elle s’adapte, au fil des différentes élections municipales, aux changements, aux caractères et points de vue des uns et des autres, recevant en fin de compte, toujours en retour, la confiance de ses Maires.
Aujourd’hui, les enfants sont adultes et vaccinés. Aussi, retraite et noces d’émeraude en poche, Josette et Georges peuvent désormais se pencher sur ces ‘’mille et un’’ voyages bien souvent imaginés mais jamais réalisés par manque de temps.
Le jardin du Tamarin risque de se languir de Georges.

Mercredi 8 avril

La facture officielle, et ce n’est pas un poisson d’avril, avoisinant au bas mot, 150 000 euros, manière de remettre routes et chemins en état (merci les inondations !), le Conseil Municipal a décidé de parer au plus pressé en usant d’huile de coude une fois arrivée la toupie de béton demandée. Une seconde sera, un jour ou l’autre, à l’ordre du jour pour terminer le boulot.
PS : Le dimanche 26, grillade à l’appui, les bénévoles sont invités à venir ‘’roundinéger’’ sur les bords de l’Agly, manière de faire table rase sur les plastiques et compagnie.

Lundi 6 avril

Les derniers sarments tombés, nos vignerons, sur les Pla, les Fontasses, les Counties… respirant à pleins poumons une tramontane persistante, se régalent de labourer avec, à perte de vue, tout autour d’eux, du ciel bleu et des nuages blancs.

Samedi 4 avril

Suite à un projet en Sciences mené durant l’année scolaire 2013/2014, sur le thème ‘’ça flotte, ça coule’’, la classe d’Enzo, à St Paul de Fenouillet, a été récompensée dernièrement dans le cadre du concours organisé par La Main à la Pâte. Toutes ces petites têtes blondes et brunes, encadrées par Bernadette, Marielle et Nadine, ont été reçues à Paris par la Ministre de l’Education Nationale, Mme Najat Vallaud-Belkacem avec, en prime, une animation au Palais de la Découverte, des livres offerts, un prix de 400 euros et surtout, une croisière en bateau mouche sur la Seine. Bravo à notre grand Enzo qui gardera surement un super souvenir de sa balade Parisienne.

Jeudi 2 avril

En ce début avril, les ramasse-sarments, avant d’être rangés incessamment sous peu soigneusement dans un coin de vigne, à l’ombre d’un chêne, d’un caillou ou au fond d’un garage, effectuent un ultime tour d’horizon, clôturant ainsi une saison de taille commencée voilà déjà depuis plus de 5 mois.

Dimanche 31 mai

Sacristie : acte II. Les travaux dans la sacristie ont commencé. Après avoir déménagé sur l’autel de l’église statues, cierges, armoire et petit Jésus, Hervé (en présence de Monique, ravie de voir sa chère sacristie en cours de rénovation), muni d’un pied de biche et de tenailles, a ‘’asboudragué’’ tout le vieux plafond qui, incessamment sous peu, fera peau neuve.

Jeudi 28 mai

Quand, après la cloque, les pucerons, les étourneaux, les taupes et les sangliers, la cochenille blanche, véritable fléau des pêchers, s’invite dans leurs vergers, les Planézols, terriens jusqu’au bout des ongles, n’hésitent pas à s’échanger des infos sur les produits susceptibles de les débarrasser du problème.

Mardi 26 mai

Quand le soleil se couche derrière les Castellas Rasiguérois et que les étourneaux, le ventre plein, regagnent leur quartier général au sommet de notre clocher centenaire, Jean-Mi, une fois le dernier client parti, rentre une à une ses motos au garage, tout en appréciant au passage l’aide du fiston Léo.

Dimanche 24 mai

Ce n’est pas que le plafond de la sacristie risque de ‘’s’asboudraguer’’ subitement sur la tête de nos enfants de chœur, vu que le dernier de la lignée a servi voilà ‘’fa temps’’ une ultime messe de la St Pierre sous l’aile protectrice de feu MONSIEUR l’abbé Duval, mais par égard à tout ce passé Planézol enfoui ad vitam aeternam entre les quatre petits murs de cette sacrée sainte sacristie, une petite réparation à base de placo semble , à n’en pas douter, la moindre des choses.

Jeudi 21 mai

Froid, ramades, vent, pluie, les conditions sont réunies pour donner du fil à retordre aux pauvres aubergines, courgettes, poivrons, tomates… sortis tout droit de la serre protectrice du pépiniériste. Et, dans ces cas là, une bonne dose de bouillie bordelaise de derrière les fagots n’est jamais de trop pour cicatriser les plaies.

Mardi 19 mai

Le Louis, sur Lou Sarrat, couve des yeux son muscat petits grains 3ème feuille, en lui rendant régulièrement visite en compagnie de Madame Max Tappener et par là même, mettant un point d’honneur à ce que pas un bourgeon ne manque à l’appel, malgré un printemps un chouia perturbé.

Dimanche 17 mai

La tramontane, annoncée à plus de 100 km/h, ne s’est pas faite prier une seule seconde pour secouer le terme tel un cocotier et, comme à l’accoutumée, en cette période délicate, ce sont les sarments qui ont ‘’coubré’’, laissant au passage dans l’histoire un bon ‘’paquetasse’’ de plumes. Et le vigneron, lui, au beau milieu de ses vignes, la mine toute tristounette, est en passe de se demander si cette chère tramontane qui lui sort si souvent de belles épines du pied, ne fait pas parfois plus de dégâts qu’une attaque d’oïdium et de mildiou réunis.

Vendredi 15 mai

En ce milieu de semaine, une réunion était prévue à la mairie, manière de régler 4 bricoles et mettre sur pied la 2ème tranche des travaux de bétonnage des chemins ruraux. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’on se régale au sein de ce conseil municipal où le rire est bien souvent de la partie et où les questions diverses, même pas prévues au programme, fleurissent en ordre dispersé au fil de la conversation, dans une ambiance à recommander à toutes les mairies de France et de Navarre sans exception.

Mercredi 13 mai

Le grand Gilles, sur les Counties, avant que la tramontane, annoncée à 100 à l’heure, ne ‘’s’enroussègue’’ tout sur son passage, passe tranquillement en revue ses chers carignans et, pistolet en main, les pulvérise afin de décourager l’oïdium de venir ‘’roundinéger’’ sur sa future récolte.

Lundi 11 mai

Après les premiers traitements bien souvent effectués à dos de pompe Solo, le rythme s’accélère doucement et, par ci par là, les premières voutes font leur apparition, pour ne pas prendre de retard sur une végétation en pleine bourre et qui nécessite la plus grande attention.

Samedi 9 mai

La déchèterie, dans le rétroviseur depuis bientôt 2 ans, le John consacre désormais son temps à bichonner son Pujol. Après les fenêtres et volets, l’extension de son terrain de pétanque, la mise en place de fleurs en tout genre, le rangement du bois d’hiver et l’extermination des chenilles processionnaires, le voilà, appliqué comme toujours, à maçonner un petit escalier donnant sur le côté ouest de sa terrasse. Chaque coup de truelle est soigneusement posé, le niveau des marches vérifié plutôt deux fois qu’une, alors d’ici peu, notre ferronnier Alex pourra venir y placer une petite rampe, manière d’achever les travaux.

Jeudi 7 mai

Une débroussailleuse pétaradante du côté de notre bonne vieille Chapelle St Pierre est un signe avant coureur que Margarete ‘’roundinège’’ dans le secteur. Comme la vigne, les coquelicots, marguerites, chardons, ‘’margall’’… en ce printemps, s’épanouissent à qui mieux mieux et, sous peine de se laisser déborder, il vaut mieux ratiboiser plutôt deux fois qu’une.
Bisou à Josette et bienvenu au Club !

Mardi 5 mai

Si le millésime Planézol des bigarreaux 2015 s’annonce catastrophique, au moins aussi pire que le choléra, les sauterelles, la grippe et le phylloxéra réunis (rallongeant peut être par là même l’existence des étourneaux), les éternelles griottes de Montmorency, en ce début mai, demeurent ce lien invisible et magique avec ces merveilleuses années 65-70 (et plus, si affinités) et la toute aussi merveilleuse Alexandrine.

Dimanche 3 mai

Les coursons de syrah poussent à vue d’œil dans le terme et demandent, de la part des vignerons, un travail spécifique et délicat sous peine de se faire ‘’asboudraguer’’ illico presto si Dame Tramontane a la fâcheuse idée de se mettre à souffler à 100 à l’heure. Alors, Max Tapener dans une main et sécateur dans l’autre, les vignerons attachent d’un côté, ‘’desbroutignent’’ de l’autre en regrettant parfois la tranquillité que le macabeo, cépage se suffisant à lui-même, leur apportait dans les années 90, avant d’être arraché à tire-larigot, pour être remplacé par … la syrah.

Vendredi 1er mai

A la sortie du village, dans son petit jardin de la Tourredeille, Monique, pompe sur le dos, bichonne ses rosiers en les badigeonnant d’un mélange à décourager simultanément oïdium et pucerons. Et les jeunes pêchers pulvérisés, manière de finir la pompe, ne se plaindront pas de ce petit élan d’attention.

Mardi 30 juin

La rando moto s’était donnée rendez vous en cette fin juin, comme de coutume, devant l’ancien cellier La Chapelle. Le millésime 2015 déplorant l’absence de nombreux titulaires comme Fabien, Gilles, Jean-Mi, Jonathan…, une douzaine de motos seulement se sont élancées direction les Bordes pour rejoindre en bout de boucle La Franqui. Une belle balade à savourer sans modération et gageons que les bikers se sont régalés.

Dimanche 28 juin

Par une belle soirée sans vent ni moustique, les Planézols, une fois de plus, se sont retrouvés au terrain de foot, manière de célébrer la St Jean autour d’un bel apéro, d’un bon repas accompagné de vins de terroir et tout heureux ensuite de regarder les enfants descendre de la vieille chapelle St Pierre avec torches, lampions et ‘’patègue’’ d’allumer leur feu, se fabriquant ainsi sans le savoir, de beaux souvenirs pour plus tard et ravivant du même coup les nôtres qui sont toujours là, à fleur de peau.

Vendredi 26 juin

Les affiches des Musicales de l’Agly annoncent leur 20ème festival qui se tiendra du 10 au 13 juillet dans et autour du village. Si ce dernier va certes perdre un peu de sa tranquillité, on peut se dire aussi qu’il aura tôt fait de la retrouver. Bon courage aux bénévoles de Triangle et à bientôt sous les pins de Paul.

Mercredi 24 juin

Si ce n’est une légère attaque de mildiou sur le’’ tendrum’’ du Grenache, Laurent n’a pas grand-chose à noter sur son calepin au cours de sa tournée trimestrielle. A l’occasion, il rencontre Gilles, occupé à attacher ses syrahs sur le Pla et Conties, Yannick et Audrey faisant des passages à la Coume et prend même le temps de siroter un café offert par Christian qui relève ses fils de fer sur Montredon. Mais, malgré une récolte prometteuse autour du village, son œil d’expert, après avoir survolé l’ensemble du territoire, juge une récolte quantitativement inférieure au dernier millésime.

Lundi 22 Juin

Gilles, le Vigneron du week-end (en semaine, il roule pour Camidi), loupe rarement un traitement sur sa petite propriété. Du coup, chaque 15 jours il traite tout en délicatesse sa mignonnette récolte, et sur La Meunière, là bas, en lisière de forêt, les sangliers savent déjà qu’ils ont quelques repas nocturnes assurés.

Samedi 20 juin

Lorsque, tout occupé à doucher à grandes eaux vos poiriers tout collants de miellat, vous tombez nez à nez sur un pauvre merle à moitié noyé, agrippé à son nid toutes plumes déployées pour servir de parapluie à sa chère couvée, le bec en éventail pour chercher à grand peine sa respiration ,le tout sans penser une seule seconde à quitter le ‘’navire’’, vous ne pouvez qu’être admiratif devant cette belle leçon de vie. Alors, les cerises empruntées à répétition et sans autorisation par ce coquin depuis le mois de mai, seront reconduites sans hésitation le printemps prochain.

Jeudi 18 Juin

Des syrahs d’un kilomètre de long, des grenaches à perte de vue, des muscats magnifiques comme seul le Roussillon sait en créer, des carignans, ma foi, mi figue mi raisin et des macabeos rarement absents au rendez- vous, le millésime 2015 s’annonce sous de bons auspices.

Mardi 16 juin

En ce samedi après-midi, la superbe église rénovée de Paziols, accueillait à bras ouverts notre groupe Ostinata. Nathalie absente, les filles ont chamboulé leur répertoire car, caraï, chanter à 5 ou 6 voix, ce n’est pas la même histoire. Mais, sachant s’adapter au bout de 16 années de vie commune à ce genre de situation, pas une seule fausse note n’est venue s’inviter au concert et Paziols, autour d’un bel apéritif, remerciait chaleureusement Ostinata.

Dimanche 14 juin

Quand un aspirateur ronronne sur l’autel de notre vieille église, Monique n’est jamais bien loin de la prise de courant. La messe de la St Pierre (29 juin) avance à grands pas et, en souvenir de Monsieur l’abbé Duval Marcel qui aimait bien son église Planézole tirée à quatre épingles, elle se fait grand plaisir à traquer la poussière aux quatre coins de chaque meuble.

Vendredi 12 juin

La tournée phyto, acte II, va bientôt débuter dans le secteur autour de l’inamovible Laurent. Au programme : Détection éventuelle d’oïdium et mildiou notamment qui pourrait venir perturber, à la longue, nos futures médailles d’Or. Le temps se prêtant à agacer, la vigilance ‘’vigneronesque’’ a redoublé de rigueur et du coup, cette dernière rapproche d’autant plus le risque de maladie du chiffre 0.

Mercredi 10 juin

Les feux de la St Jean sont de retour. Le 23 juin prochain, les Planézols sont conviés au terrain de foot afin de passer ensemble une sympathique soirée autour d’un feu de derrière les fagots allumé traditionnellement depuis toujours par les enfants.
S’inscrire auprès de Marie-Alice avant le 17. On va se régaler !

Lundi 8 juin

Sacristie Acte III. Monique peut avoir le sourire ! Bruno et Hervé, en 4 temps 3 mouvements, à coups de mètre, cutter et visseuse plus un chouïa de mathématique pour calculer et tomber pile poil au bout d’un plafond aux angles aigus, viennent d’isoler la sacristie des courants d’air. Ne reste plus à Hervé désormais qu’à passer un coup de peinture avant de remettre ‘’le mobilier’’ en place.

Samedi 6 juin

Conseil Municipal et bénévoles s’étaient donné rendez-vous au second parapet en ce 3 juin 14h00, pour réceptionner la deuxième cargaison de béton afin de la dispatcher ici et là à coups de bennettes dans les trous restant à combler des dernières intempéries. Une opération menée de main de maître à moindre coût et qui permettra d’attendre sereinement les prochains dégâts des eaux qui ne manqueront pas de rappliquer toujours trop tôt.

Jeudi 4 juin

Les poudreuses sont de sortie en cette période cruciale où l’oïdium, invisible à l’œil nu, tente sournoisement, par tous les moyens, de s’installer sur les grappes, tout cépage confondu. Et le moins que l’on puisse dire, vu le débit des poudreuses de ce XXIème siècle, c’est que la ‘’petite bestiole’’ risque de ‘’coubrer’’ et de ‘’s’astouffer’’.
Un coucou à Magalie et Pierre et à Yannick avec un jour d’avance.

Mercredi 3 juin

En ce début juin, le terme sent bon la fleur de raisin qui graine. Un parfum ancestral, délicat et divin que pas un vigneron, pour rien au monde, n’échangerait pour celui Ô combien moins subtil des pots d’échappement citadins.

Lundi 1er juin

Les coopérateurs étaient conviés récemment à déguster ce qui se fait de mieux à Trémoine en terme de CRV : le Barral millésime 2013 et 2014. Le premier, embouteillé, étiqueté et compagnie, s’est vu décerner l’OR 2015 à Paris, tandis que le second ‘’roundinège’’ encore en toute quiétude dans des fûts de chêne en attendant une probable médaille d’OR 2016. Commentés par Jean-Michel et dégustés sous toutes les coutures, ces deux millésimes aux qualités exceptionnelles, reflètent tout simplement le sérieux haut de gamme de la cave Trémoine dans son ensemble. Et le vigneron, lui, les papilles enflammées de fierté, se sent payé en retour de tout son travail en amont, parfois pas si évident à faire.

Vendredi 31 juillet

Les vannes de la station d’épuration, 20 d’âge déjà, viennent d’être changées illico presto par Fabien et Hervé. Ce dernier ne se plaindra surement pas de la manœuvre et sait désormais pouvoir compter sur l’étanchéité complète de ce nouveau matos.

Mardi 28 juillet

Avec un pneu crevé au moment de partir et une roue de secours ‘mastéguée sur les cotés, vous pouvez vous sentir un peu ‘’catimouch’’ de prendre la route. Alors, Merci bien à Jean Mi qui, tel Zorro ou Robin des Bois arrivant sur ces entrefaites, s’est proposé de réparer l’histoire en moins de 5 minutes, et ce, juste pour le plaisir de rendre service.

Dimanche 26 juillet

Lorsque pour x raisons le dos vous gratte à vous en faire péter les omoplates, soit vous faites appel à un ostéopathe et vous y laissez un joli billet de 50 euros, soit vous imitez Rita, et vous vous régalez de vous ‘’racler la couenne de l’ascène’’ sous la grille en fer donnant dans la cour de l’école communale.

Jeudi 23 juillet

Dédicace au Cellier Trémoine.
En ce jeudi 16 juillet après-midi, à la fraîcheur de la clim du Cellier Trémoine, avait lieu un petit évènement à ne louper sous aucun prétexte.
Les vignerons d’une part, avec fierté, présentaient à leur clientèle les trois nouvelles médailles d’or (Barral de Trémoine, Excellence de Château Cuxous et Château Planèzes) et d’autre part, Louis, notre vigneron-écrivain, dédicaçait son premier livre : 1919. La naissance des vignerons de Trémoine.
Digne descendant et héritier des Paul, Henri, Jules et compagnie, notre Louis, n’imaginait sûrement pas en ce dimanche 19 octobre 2014, jour anniversaire des 95 ans de la Cave, en racontant, dans une salle du Temps Libre pleine comme un œuf, l’histoire romancée mais plus vraie que nature de ces pionniers vignerons qui, tout juste sortis d’une guerre atroce, créèrent en 1919, par nécessité et en moins de 10 mois, la cave coopérative Rasiguéroise, n’imaginait donc sûrement pas qu’il lui serait expressément et unanimement demandé le jour-même de penser à l’éditer.
Alors, de fil en aiguille Le Louis, à force de faire ‘’roundinéger’’ l’idée, s’est retrouvé neuf mois plus tard à la fraiche, à dédicacer à tire-larigot, ce que l’on peut nommer sans trop exagérer : la Bible des vignerons de Trémoine.
Une bible sentant bon la sueur, le soufre et la Foi, la solidarité et l’Amitié.
Merci à toi ‘’l’écrivain’’ pour faire revivre au fil des pages, avec cette sensibilité à fleur de peau, ces hommes d’un autre temps qui ont eu le grand mérite de tracer avec abnégation le premier sillon d’une voie sur laquelle il fait si bon vivre aujourd’hui.

Lundi 20 juillet

Aujourd’hui 20 juillet, un gros gros poutou au propriétaire de ces belles fenêtres toutes bleues et toutes fermées qui ne demandent qu’à s’aérer et respirer à nouveau l’air du pays.

Dimanche 19 juillet

Les 20ème Musicales de l’Agly (10 au 13 juillet) ont vécu sous un soleil de plomb avec pas un nuage à l’horizon. Une fois de plus, les organisateurs, de main de maître, ont bien mené leur barque, attentifs s’il en est à déranger le moins possible la population Planézole. Comme d’habitude, les ateliers stage, par le biais de Didier (la 4ème dimension), Anne, notre Planézole, Caroline, Cathy, Géraldine, Marion, Muriel, Nathalie, … ont donné vie et couleur au village. Les apéros-concerts, autour de 18h30, réservent parfois de superbes surprises, comme écouter par exemple, en ouverture des 20ème Musicales, toute une ribambelle de chansons estampillées Bob Dylan et qui vous laissent à penser que vous venez (peut être) de vivre le meilleur moment du festival. Une fois les Musicales lancées, tout s’enchaine très vite, les groupes se succèdent, l’inusable David ‘’roundinège’’ autour de sa sono pendant 4 jours, les repas du soir sont servis dans la cour de l’école et la place rouge fait le plein comme un restaurant Parisien de derrière les fagots un jour de fête. Et puis, par une matinée sans vent, entendre de nouveau, dans les ruelles du village, Trotro et sa progéniture aboyer à tire-larigot et sans raison aux corneilles, risquant à tout moment infarctus et torticolis à répétition, vous vous faites à l’idée que les Musicales sont terminées.

Jeudi 16 juillet

Comme les griottes d’Alexandrine qui ancestralement murissent pour la St Georges, la venue des ‘’barriols’’ autour du 14 juillet, annonce traditionnellement à l’avance, la date des vendanges. Et, à regarder déjà des syrahs pratiquement toutes noires sous l’effet sans doute d’une chaleur persistante sur le secteur depuis plus d’un mois, le millésime 2015 risque d’être précoce.

Lundi 13 juillet

Les vignerons d’aujourd’hui ne se risquent plus à collectionner de tenaces tendinites aux coudes et poignets en faisant des passages au sécateur en ferraille. Bien installés au volant de tracteurs 4 étoiles et écimeuses réglées au millimètre, ils se ‘’passègent’’ dans leurs ‘’llaques’’ à 2,50 m et en l’affaire d’une matinée, bâclent l’équivalent d’un mois de boulot des années 70.

Vendredi 10 juillet

Des tables et chaises bien alignées sur la place et un jardin de monsieur Loubet décoré comme un sapin de Noël, plus de doute possible : Les trois coups de la 20ème édition des Musicales de l’Agly sonnent aujourd’hui.

Mardi 7 juillet

Dans le cadre ‘’Concours Villages fleuris’’, le nôtre, dernièrement, a été inspecté sous toutes ses coutures, du lavoir au monument aux morts en passant par le conservatoire de cépages, le jardin de monsieur Loubet, les ruelles et l’école communale, sans oublier le cimetière et ses chauve-souris squattant la ‘’baracotte’’. Et, excepté notre pauvre Tamarin malmené par des incorrigibles, gageons que la visite guidée par Margarete, nous amènera, une fois de plus, une belle distinction ‘’Village Fleuri’’.

Dimanche 5 juillet

En ce 27 juin, jour de la St Fernand, la petitounette Mathilde, sous l’œil attendri de quatre générations, est venue au monde à l’hôpital Perpignanais pour le grand bonheur de ses jeunes parents Samantha Puig et Simon Brunet. Mesurant 51 cm pour un poids de 3 kg 210, elle se porte à merveille, se régale déjà de vivre ‘’al païs’’ et gazouille désormais du côté de la rue du Château.
Longue vie à toi ‘’Mañague’’ au milieu de ta belle et grande famille et devant tant de générations à féliciter, une tendre et affectueuse pensée, tout d’abord, à l’arrière-arrière mamie Jeannette, sans oublier que tout là haut, là haut, là haut, l’arrière-arrière papi Fernand reçoit pour sa fête le plus beau des cadeaux.

Vendredi 3 juillet

Quand, au cours d’une visite guidée ‘’Village Fleuri’’ sur le Tamarin, sacs poubelles éventrés, canettes de bière, saucisses, merguez et paperasses ‘’ascampillées’’ vous accueillent une énième fois à bras ouverts, se pose pour la énième fois, vu l’incivilité persistante été après été de gens peu recommandables, la question de savoir si, d’une façon ou d’une autre, il ne faudrait pas protéger cette plage si chère aux cœurs des Planézols.

Mercredi 1er juillet

La célébration de la messe de la St Pierre (29 juin) dans notre église, tient autant à cœur à Monique que le tournoi de Prats tenait à cœur aux Pallagoustys du siècle dernier. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle se coupe en quatre pour que cette messe soit une réussite, battant le rappel des paroissiens Planézols, Rasiguérois et Tourills, faisant la quête comme une jeune enfant de chœur qu’elle est restée et n’oubliant pas au passage d’offrir un bon rafraichissement à tout le monde, une fois la messe terminée. Merci au père Patrice pour sa venue et un grand merci à Monique, Planézole depuis toujours et qui est un bel exemple à suivre.
PS : Un gros bisou au Boffy pour la St Thierry et à bientôt sous les acacias pour un apéro.

Lundi 31 août

Sous l’éolienne repeinte ‘’verte prairie’’ par Claude et Simone, voilà déjà quelques années, le casot de leur papa René commence sérieusement à battre de l’aile. Alors Sid se fait grand plaisir en souvenir de son oncle, de retaper les vieux murs malmenés par le temps qui passe.

Samedi 29 août

Il est fortement recommandé, en prévision d’un’’ lâcher de boue’’ dans les bacs de décantation, de faire place nette des vielles boues séchées, manière d’accueillir les nouvelles dans les meilleures conditions et du coup, la brouette et la pelle de la station sont de sortie.

Mercredi 26 août

Les nouvelles cages sont arrivées au terrain de foot et l’équipe de Maxime et Jo s’est chargée de les mettre en place. Il y aura sûrement de belles parties disputées en nocturne durant les vendanges.

Dimanche 23 août

A une encolure de l’ouverture des quais de Trémoine, la récolte s’annonce saine et prometteuse. Les quelques œufs d’eudémis qui viennent ‘’roundinéger’’ ici et là sur le secteur sont déjà comptabilisés sur le carnet de Laurent, et il y a fort à parier qu’ils ne feront pas de vieux os.

Jeudi 20 Août

Quelques pétanqueurs égarés par une douce fin d’après midi d’été, se sont régalés, l’espace de deux ou trois parties , de retrouver une once de cette ambiance d’antan où Sylvio, Dédé, ‘’Peps’’……tout de Classe, ‘’tchatche’’ et don prononcé pour la Commedia Del Arte vêtus , régalaient à tire-larigot le public, contribuant, sans même se douter, à rendre la pétanque Planézole éternelle.

Lundi 17 août

Après avoir laissé passer le temps de la réflexion, nos sympathiques tourtereaux Planézols, Magalie et Eric, entourés de leurs oisillons et familles, se sont dit OUI sur la Place de la Mairie, à l’ombre du platane de la Révolution ; une place aux airs de fête, témoins du bonheur de deux enfants du pays. L’église St Pierre, devenue trop étroite d’un seul coup pour l’évènement, accueillait ensuite les ‘’jouvenots’’, manière de sceller définitivement l’union devant le bon Dieu et retrouvait, par la même occasion, l’ambiance et le parfum des messes d’antan. Sous les confettis, les ballons de rugby et le son de cloches fêlées, les nouveaux mariés quittaient l’église pour se retrouver un peu plus tard au milieu des convives, dans le parc de Monsieur Loubet où un apéritif de derrière les fagots était offert à la population. Et puis, jusqu’au bout de la nuit, là bas, du côté de Maury, au son des trompettes et flonflons, la soirée s’est poursuivie entre parents, mariés et amis. Souhaitons une pleine benne de bonheur à Magalie et Eric et que la route sur laquelle ils s’élancent aujourd’hui, soit au moins aussi belle que celle sur laquelle ils sont déjà…

Samedi 15 Aout

C’est avec un immense plaisir que nous recevons des nouvelles de notre Ami ‘’Boudu’’, que personne ici au village (qu’il se rassure) n’a oublié. Comment pourrait-on d’ailleurs oublier une personne d’une telle gentillesse qui a su, l’espace d’un été, se faire aimer de tout le monde. Si, son niveau de jeu à la pétanque était plutôt moyen, jouer avec ou contre lui ,vous envoyer tout droit dans le monde merveilleux de Marcel Pagnol. Merci encore à lui pour son passage rempli d’Amitié et son aide aux vendanges 1983.Aussi, sans toucher à la moindre virgule, voici ici même, son message tout en nostalgie pour ses amis Planèzols.
Je voudrais encore une fois témoigner de toute ma reconnaissance et de toute mon affection a tous mes amis de Planèzes D’abord Sidney et Brigitte, ainsi que Sissi,Claude,Simone,Nancy ,Thierry C’est grâce a mon ami de toujours,, Sidney, que je suis venu pour la première fois à Planèzes Nous avions été camper avec Brigitte, Michèle et Jacques Je pense aussi a Henri (Leri) qui m’a plusieurs fois accueilli chez lui Je l’embrasse ainsi que Martine et Pierre Je pense a ceux qui nous ont quittés, plus particulièrement Jean Puig et Gilles
Maintenant je voudrais assurer de toute mon affection Jean Coll et sa copine, ainsi que Georges et Josette Jourda, Robert Puig et son épouse, (Robert qui est maintenant arrière grand père a 57 ans !!!),Joseph Jimenez
Je me rappelle des baignades aux Roques Noires, au « Gours d’en KOk », et des parties de pétanque, a Rasigueres Une fois, en faisant équipe avec Léon Fons,j’étais arrivé en « finale de la consolante »
Entre autres Georges était spectateur
Voilà, le 29 juillet 2006 j’ai épousé Christine
Si mes amis souhaitent me donner de leurs nouvelles, ils peuvent me contacter au 0615015240 ou m’adresser un email à bphilippe1411@gmail.com Bien amicalement a toutes et tous
CyberBoudu

Vendredi 14 Aout

Un triste spectacle attendait Eric la semaine dernière sur la Tourredeille, au coin de sa vigne. Pèle mêle, toute une cargaison de déchets a été déposée là, sans l’ombre d’un début de civisme. Planches et pointes, faïences, petits bibelots, barrières en bois, bidons d’huile, fontaine émaillée, chiffons et compagnie à même le sol, a de quoi dérouter et laisser pantois, alors que le canton a la chance de posséder une déchetterie sur Latour de France. Alors, Eric va devoir tout remballer direction la déchetterie, corvée dont il se serait bien passé, aux portes des vendanges. Et comme dirait son père Jean Pierre : ‘’Il y a vraiment des coups de pieds au cul qui se perdent.’’

Mercredi 12 Aout

Comment ferait-il le Fabien sans l’aide de ses amis pour poser sur le toit de son futur garage des tuiles à l’endroit et bien alignées ? Mais il a beau rouspéter du matin au soir, il a ‘’quand même’’ quelque chose de sympathique qui fait qu’à l’occasion, on se régale de lui donner un coup de main.

Lundi 10 Aout

Le Jo, pour qui l’heure de la retraite sonne officiellement en Février prochain, commence à faire le tri de son ‘’matos’’, et, à le voir ‘’rasséguer’’ les manches de ses ciseaux, c’est à se demander s’il ne veut pas tuer dans l’œuf l’idée que l’envie de tailler reviendra peut être le taquiner l’hiver prochain.

Samedi 8 août

Grand bravo aux deux copains de toujours qui, après avoir partagé en près de deux décennies tant d’agréables moments, ont obtenu le même jour et pratiquement à la même heure, leur permis de conduire.
Et merci à Corinne pour son savoir faire et son professionnalisme.