Au jour le jour 2022

Lundi 31 janvier

La taille terminée et en attendant un défonçage sur les Pla, Georges passe le temps en récupérant ici et là, à coups de pelle, suffisamment de terre pour boucher les petits ‘’fourats’’ des dernières pluies.

Samedi 29 janvier

Un grand MERCI à Simone pour cette balade Tarnaise au cœur d’un Sidobre, petite forêt de 5000 hectares où il fait bon se promener à travers ruisseaux, pentes et cailloux.
Ces derniers, aux formes bizarres, ont hérité au fil du temps de surnoms tels les trois fromages, le fauteuil du Diable ou le Roc de l’Oie et s’il vaut mieux posséder une carte pour éviter de tourner en rond, une ‘’passéjade’’ dans le secteur vaut largement le déplacement, surtout en période ‘’hors saison’’.
Un couscous maison de derrière les fagots, accompagné de vins rouge et rosé clôturait de belle manière la journée.

Jeudi 27 janvier

Entre coucher de lune, lever de soleil et gelée matinale, père et fils HUILLET, au lieu-dit l’Auriol, mettent en place un futur palissage.
Sid dirige le tracteur, Jonathan s’occupe de planter les piquets d’alu et, avec vue imprenable sur un Canigou enneigé, un travail qui voilà ‘’fa temps’’ aurait demandé une sacré dose ‘’d’huile de coude’’ est réglé en l’espace de deux heures de temps et sans forcer par la grâce d’une machine d’un siècle nouveau.

Lundi 24 janvier

Les basses températures matinales causent parfois bien du souci aux lève-tôt qui doivent utiliser leur véhicule.
Les pares-brises sont gelés et il ne reste plus, avant de prendre la route, qu’à passer un coup de raclette sur la glace ou mieux, la faire fondre avec une bonne rasade d’eau…froide bien sûr.

Samedi 22 janvier

A la station de pompage ces derniers jours, une certaine effervescence est de rigueur.
La broyeuse a commencé dans un premier temps à faire place nette d’un bosquet de roseaux pour se faufiler jusqu’à la petite murette et les boisseaux et tuyaux éparpillés ici et là sur le chantier sont tout simplement destinés à la mise en place prochaine d’un filtre à charbon actif.

Jeudi 20 janvier

Jonathan, le jeune vigneron, sur sa parcelle troisième feuille, étale soigneusement tous ses piquets.
En prévision d’une vigne à monter en baguettes ou cordon de Royat, il s’avance le travail et tant mieux si le fil de fer est en place au moment de la taille.

Mardi 18 janvier

Autour de cidre et de rosé, il est bon de partager une belle galette des rois précédée d’une ‘’auberge espagnole de derrière les fagots’’, avec Sissi et ses enfants.
Et, si la fève a attendu la dernière portion pour se montrer, le hasard a bien fait les choses et c’est notre sympathique et prochaine nonagénaire (août) qui a été couronnée.

Samedi 15 janvier

Le Baixanenc Jean-Luc, inoubliable Pallagousty des belles années, pour cause de carrière longue, est aux portes de la retraite.
Le garçon, à travers les décennies et à l’image d’un bon Ambré, n’a fait que se bonifier. Son sourire n’a pas pris une ride, son accueil est toujours aussi chaleureux et il fait bon se promener dans son jardin.
Par contre, il aime bien la pétanque, mais lorsqu’il joue sur son boulodrome privé et que la partie lui échappe, il jette sans vergogne le but dans un trou fait par son chien pour recoller au score.

Jeudi 13 janvier

Inlassablement, le Vigneron remet son cœur sur l’ouvrage et, lorsqu’à l’abri d’un garage il s’amuse consciencieusement à trier ficelles et ‘’serre-fils’’, il savoure dans ces moments-là et sans l’ombre d’un doute, deux fois la pluie qui tombe.

Mardi 11 janvier

Après un bon passage pluvieux où pas la moindre goutte d’eau ne s’est perdue, les pluviomètres de la Tourredeille et du Pujol flirtent conjointement avec les 60 mm et si, pour le moment, les puits se font tirer l’oreille pour remonter, c’est de bon augure pour le timing des vignerons et jardiniers qui, d’ici le printemps, espèrent toutefois quelques ‘’rouffaques’’ supplémentaires.

Dimanche 9 janvier

La Tramontane ‘’s’enroussègue’’ tout, le froid s’installe l’air de rien et nos pauvres moineaux ancestraux, domiciliés au village depuis mille générations, guettent la moindre mie de pain pouvant améliorer leur quotidien, quitte pour cela à venir pratiquement vous picorer dans la main.

Vendredi 7 janvier

Comme son frère, il se régale, Pierre, de bichonner une à une ses baguettes de syrah.
Minutieux au possible, il taille par-ci et ramasse par-là, sans oublier au passage d’attacher et, l’heure des vendanges venue, le résultat est toujours à la hauteur de la qualité du travail fourni.

Mercredi 5 janvier

Après de bonnes vacances passées en Bretagne avec sa Compagne Francine, Jo reprend sa taille où il l’avait laissée, sur Lou Sarat et Lou Pujol.
Alors que s’égrènent doucement les premiers jours de janvier, joyeux anniversaire à lui qui, à peu de chose près, fête ses 50 ans de vie de Vigneron.

Lundi 3 janvier

Rue de l’église, les égouts de la bâtisse Whibley donnent du fil à retordre aux riverains, qui ne savent plus de quel côté passer le ‘’furet’’ pour régler le problème.
Alors, lorsque ce dernier persiste lourdement, il est fait appel à la Communauté de Communes qui se déplace pour dépatouiller l’histoire.

Samedi 1er janvier

En ce 1er de l’An, ‘’au jour le jour’’ entame sa 18ème année.
Puisse 2022, aux ‘quatre coins’’ du globe, être placée en priorité sous le signe du Bon Sens, pour le plus grand bien-être d’une Planète qui en a sacrément besoin.
Bonne Année à toutes et tous.

Lundi 28 février

Pour nettoyer sa plantation qui domine toute la plaine du Pla, Alain sait pouvoir compter sur ses fistons Alexandre et Vincent qui, débroussailleuses en mains, ratiboisent de droite et de gauche, de haut en bas et à tire-larigot, fenouils, ronces et petits arbustes qui, par endroits, finissent ‘’d’étouffer’’ leurs oliviers.

Vendredi 25 février

En vacances au village pour une dizaine de jours, Thierry se promène dans un ‘’terme’’ qu’il connait comme sa poche et lorsque l’occasion lui est donnée de semer un dernier sillon de pommes de terre, il ne se fait pas prier.

Mercredi 23 février

En ce printemps naissant placé sous le signe des mimosas en fleurs, les vignerons étaient invités à la dégustation des ‘’dédiées’’. Autour de Thierry, David, Jean-Michel et le Staff Trémoine, les Blancs, Rouges et Rosés à destination des futurs assemblages ont été présentés, commentés et appréciés. La qualité, malgré des conditions climatiques difficiles, est une fois de plus au rendez-vous avec mention particulière au ‘’Terre de Lansac’’.
A bientôt pour la dégustation des ‘’assemblages’’.

Lundi 21 février

Au lieu-dit ‘’la Babille’’ il va et vient Christophe, charruant profondément aux rippers une belle parcelle des Jourda père et fils.
Tout ne sera pas replanté bien sûr, mais sur le côté plat, Yannick, par expérience, sait pouvoir compter d’ici quelques millésimes, sur une belle vigne en devenir.

Vendredi 18 février

Route de Montner, sur un ensemble de parcelles avoisinant les 8 hectares, Éric prend énormément de plaisir à tailler un maccabeo cordon de Royat.
Sur fond de Canigou enneigé, il se régale d’autant plus que le cépage est ‘’avare de broutignes’’.
Le secteur bénéficie de l’arrosage jusqu’à fin juillet et si ce n’étaient les risques de gelées tardives le coin serait parfait.

Mercredi 16 février

Sur les Fontasses et Peyrière, Jonathan continue son renouvellement de parcelles et dans le coin du casot si cher à l’oncle René, petit à petit les Carignans font place aux Grenaches.
Fidèle au poste, l’équipe est là comme d’habitude derrière la charrue, s’évertuant à ne point laisser la moindre racine dans la ‘’raie’’ et, une fois le travail terminé, savoure de se retrouver autour d’une ‘’bonne tablée’’.

Lundi 14 février

Des mimosas et des amandiers en fleurs, de timides asperges qui pointent le nez, le printemps, comme d’habitude à la mi-février, semble être arrivé et s’il pouvait tomber d’ici fin mars trois bonnes pluies manière de remonter les puits, tout serait parfait.

Samedi 12 février

Dominique et Pierre, côté Roquecourbe-Clotade, ont perdu le 8 dernier leur Beagle Blackie âgé de 16 ans.
N’hésitez pas à les contacter si vous l’apercevez, ils en seront très heureux.

Jeudi 10 février

Sous le Castellas Rasiguérois, Stéphane, en bonne compagnie et sous le tendre regard de son papa Jean-Claude, effectue peut-être son dernier défonçage.
Les rangées sont longues, la gelée matinale s’est jointe à la fête et une fois toute la terre retournée, l’équipe savourait de bon cœur une belle grillade offerte par le Maître des lieux.

Mardi 8 février

L’A.G. de la cave Trémoine, une fois de plus, s’est déroulée à la ‘’bonne franquette’’ et notre président Thierry, dans son rapport a souligné combien les vignerons, malgré deux années difficiles, savaient se serrer les coudes.
Les Commissaires aux Comptes, une fois de plus, ont souligné le sérieux et le savoir-faire concernant la gestion de la cave, sans oublier de remercier Pierre, pour tout le travail accompli pendant des décennies et qui, retraite venue, passe le relais aujourd’hui, au nouveau directeur David.
Et puis, un petit pot tranquille clôturait la réunion.

Dimanche 6 février

La flavescence dorée est de retour dans le paysage viticole, si des fois elle en était partie et, discrète et sournoise au possible, elle fait de terribles ravages sur les parcelles, une fois installée.
Alors, dans l’immédiat, le vigneron n’a pas d’autre choix que d’éliminer les ceps infectés pour tenter d’enrayer la propagation de la maladie.

Vendredi 4 février

La fibre ‘’roundinège’’ à tire-larigot sur le village sans en oublier le moindre secteur.
Les gars sont sympas, compétents, reviennent s’ils doivent revenir, utilisent la nacelle à bon escient et macarel, une fois la nouvelle box installée, l’abonné y gagne au change même si la facture peut changer aussi.

Mercredi 2 février

La syrah du grand Gilles commençait à sérieusement battre de l’aile sur le Pla.
Plantée en 1996, petit à petit le ‘’dépérissement’’ lié étrangement à ce cépage, a laissé sur la parcelle en l’espace de 25 ans, un tel pourcentage de manquants que la solution radicale était de tout remettre à neuf et du coup, une nouvelle plantation verra bientôt le jour sur ce lieu-dit.

Jeudi 31 mars

Quotidiennement, Pierre promène entre village et garrigue son vieux beagle et son jeune épagneul. L’un est sage et tranquille tandis que l’autre est ‘’tout fou’’. Du coup, ce dernier bénéficie d’une laisse à rallonge mais de retour au pied du clocher, s’il veut s’amuser d’un seul coup à courser les chats du voisinage, Pierre passe la rallonge en mode ‘’freinage’’.

Mercredi 30 mars

Chez Juliette et Joseph (aujourd’hui près du Bon Dieu), Dominique, Jocelyne et Maguy perpétuent la sainte tradition de discuter de tout et de rien au soleil et à l’abri des mimosas.
Pour y avoir vu, des décennies durant, Juliette, Jeanne, Jeannette, Dédé, Sicie et tant d’autres se retrouver là tranquillement à tricoter, à papoter, à prendre le café tout en regardant passer les dauphines et les voitures d’un siècle nouveau, grand Merci à Elles de continuer à faire vivre ce petit coin mythique du village. 

Lundi 28 mars

Sur le Moudéga, il se régale notre Président Thierry, d’aller et venir, sécateur en main pour éliminer les vrilles de sarments et descendre les fils de fer avant le plein débourrement.
Le ciel est bleu, l’herbe est verte et la vie est belle.
Que demander de plus ?

Samedi 26 mars

Après un automne et un hiver passés au chaud, les atomiseurs sont de sortie, principalement pour s’occuper des problèmes posés sur les fruitiers par la cloque, l’oïdium, les pucerons et la Suzukii et bien souvent, ce type de matériel ne pose aucun problème pour redémarrer du premier coup.

Jeudi 24 mars

Bon pied, bon œil et beau sourire, notre chère Doyenne Dédé coule des jours heureux dans son village de toujours.
Le plaisir est grand de la rencontrer au cœur de nos ruelles car elle fait partie de ces précieux maillons qui nous rattachent à l’histoire de nos souvenirs et si, face au Nikon 3200 elle rouspète gentiment parce qu’elle s’estime ‘’mal coiffée’’, l’objectif, lui, la trouve tout simplement magnifique à photographier.

Mardi 22 mars

Pour la formation PSC1 organisée le 8 mai 2022 à la ‘’Maison de Paul’’, la mairie Planézole prend en charge le coût total de la formation pour les habitants du village.
Qu’on se le dise !!!

Dimanche 20 mars

En ce premier jour de printemps, la vieille église du XIe siècle, le clocher centenaire, les toits et les rues du village ‘’parent la pluie’’, mais pour une aussi longue période de marinade, quel dommage qu’en fin de compte il ne fasse que pluvioter.

Jeudi 17 mars

A quelques petits mois de ses 90 ans, Félicie, la ‘’petite’’ de Jeanne et de François s’en va sereinement en ce dimanche de mars, veillée par ses enfants, Claude et Simone.
Née au mois d’août 1932, dans la rue jouxtant la place publique, elle grandit en compagnie de son ainée Solange, fréquente un temps l’école communale comme tous les gamins, puis poursuit ses études au collège de Céret.
Concours des Postes réussi elle se retrouve alors, du jour au lendemain, dans la région d’Alsace à Strasbourg (67) pour honorer sa première nomination puis, l’été suivant, épouse dans cette même ville, Huillet René, le vigneron Planézol du haut du village.
De retour au Pays, garçon et fille (1956 et 1958) viennent embellir le jeune foyer mais chez les grands-parents paternels (Rosa-Edmond), la place commence à manquer et une maison neuve voit le jour en 1961 du côté de la cave coopérative.
De bien belles années s’écoulent ensuite. Le papa, attachant et discret s’occupe de ses vignes tandis que la maman partage sa carrière entre les Postes de Latour de France et d’Estagel.
La retraite venue, elle entre au Conseil Municipal le temps de deux mandats avant de laisser, comme elle aimait à le dire, ‘’la place aux jeunes’’.
Boulevard de l’Agly, en ce dimanche d’Épiphanie de l’an 2013 et après six décennies de vie commune, elle pleure son bon et fidèle René, qui vient de s’éteindre sans bruit dans leur maison. Entourée de ses amies de toujours, Juliette, Dédé, Monique, Jeannette et recevant régulièrement la visite de ses enfants et petits-enfants, ‘’Sicie’’ savoure ses vieilles années.
Elle aime bien les soirées d’été passées à ‘’prendre le frais’’ entre ‘’Anciens’’. Elle aime bien aussi ‘’l’heure de la Biblio’’ et elle aime bien également souffler ses bougies d’anniversaire chaque fin d’été en bonne compagnie tout près du citronnier.
Dans la dernière ligne droite de sa vie, elle est choyée par son petit-fils Vivien et son amie Barbara qui sont aux petits soins pour elle et si ‘’Mamie’’ fait preuve d’un caractère certain, la patience et l’amour sont toujours de mise chez sa progéniture.
Elle s’en va donc ‘’notre nonagénaire’’, retrouver son cher René et si une maison de plus est en train de partiellement se fermer, le souvenir furtif de fraises chipées voilà plus d’un demi-siècle près d’un moulin de bord de rivière, refait surface avec une certaine mélancolie.
En cette période de tristesse intense, nous sommes de tout cœur auprès de Claude, Simone, Solange, Michèle, René et toutes les personnes touchées par cette brutale disparition.
Mais à n’en pas douter, cette tristesse laissera place un jour aux bons et beaux souvenirs.

Mardi 15 mars

A la ‘’Maison de Paul’’, le 8 mai 2022, Formations-Prévention organise une formation PSC1 (prévention et secours civiques de niveau 1).
7 heures de formation : 9h à12h et de 13h30 à17h30.
55 euros par personne de ‘’7 à 77 ans’’.
Contact : Forma plus au 07 49 30 94 43.
Formaplus66(arobase)gmail.com
12 places maximum.
Qu’on se le dise !!!

Dimanche 13 mars

Les nappes phréatiques, l’Agly et les puits de jardins, ne sont pas en grande forme et il est à souhaiter que les pluies annoncées pour la prochaine ‘’dizaine’’ soient au rendez-vous.
Les petits pois, fèves, artichauts et oignons tendres, en attendant les pommes de terre, tomates, aubergines et compagnie ne s’en porteront que mieux et même nos cépages, qui sont habitués à ‘’pâtir la sécade’’ verraient d’un bon œil arriver cent petits millimètres de pluie.

Vendredi 11 mars

Au revoir Docteur PULY.
Cet été, Mr PULY se comparait à un petit oiseau posé sur une branche fragile et chaque village de son cher Fenouillèdes, au courant de ses ennuis de santé, redoutait depuis, l’inéluctable mauvaise nouvelle à venir.
Sur les hauteurs de son petit village d’Opoul, dès ses plus jeunes années, André PULY passe le plus clair de son temps dans les vignes familiales. Le gamin aime les grands espaces, la liberté, mais un orage de grêle, au soleil couchant d’une journée d’été, vient briser ses rêves de jeune vigneron qui reprend alors le chemin des études.
Quelques années plus tard, il épouse Mlle Chantal VIÉVILLE et doctorat en poche s’installe sur Latour de France où, par sa gentillesse et sa simplicité naturelles, il gagne rapidement la confiance de tous ses patients.
Noël ou 1er de l’an, Pâques ou Pentecôte ou simples jours de semaine, l’emblématique médecin de campagne, sacoche à la main et pendant 40 ans, ne cesse de soigner, rassurer et réconforter, avec toujours à fleur de peau, cette infinie tendresse et affection.
Doté d’une voix douce et d’un sourire chaleureux, il va tel le Bon Samaritain, de village en village, veillant précieusement sur ses ‘’brebis’’ qui, bien souvent rien qu’à l’écouter, sont à moitié guéries.
Il tisse également au fil du temps, de profonds liens d’amitié avec toutes celles et ceux qui ont la chance de le rencontrer, puis, au 31 décembre 2016, rangeant définitivement à regret sa trousse de docteur, il laisse derrière lui un vide immense qu’une Maison de Santé toute neuve a toutes les peines du monde à combler.
L’homme intègre et dévoué incarne le docteur de famille au sens le plus noble du terme avec, chevillées au cœur, cette générosité et cette humanité qui font qu’aujourd’hui, chaque génération, de la plus jeune à la plus âgée le pleure, tel un père, un frère, un fils ou un ami et, pour avoir dédié une vie entière à ses semblables, combien il est injuste qu’il ne puisse continuer de savourer tranquillement en famille, le sourire de ses petits-enfants.
En ce bas monde, notre docteur faisait tout simplement office de Bon Dieu, car de jour comme de nuit, guidé par une Foi inébranlable en guise d’étoile du Berger, il veillait humblement sur son prochain, sans distinction jamais de classes et de couleurs.
Il faut se résoudre désormais à parler de notre Ami au passé et si les mots sont bien difficiles à trouver, ils n’en demeurent pas moins imprégnés d’une profonde gratitude et nostalgie en souvenir de tout ce qu’il nous a apporté.
Les pensées les plus fraternelles se tournent aujourd’hui vers sa famille, mais comment oublier de remercier son épouse Mme PULY, pour l’avoir si efficacement secondé pendant toutes ces années, contribuant par sa fidèle présence et sa disponibilité, à transformer leur maison en ce véritable havre de paix où il faisait si bon venir se faire soigner ?

Mardi 8 mars

L’hiver est en train de s’en aller tranquillement mais ce n’est pas une raison pour oublier qu’il repassera l’année prochaine alors, il vaut mieux dès que l’occasion se présente, renouveler son stock de souches afin de ne pas être pris au dépourvu le moment venu.

Dimanche 6 mars

Exceptée une paire de ‘’vignottes’’, les sarments sont pratiquement tous taillés et le vigneron est passé à l’étape suivante de la fertilisation du sol.
Aidé en cela par un matériel de derrière les fagots, l’épandage est bien souvent plié en moins de deux et, en attendant les traitements de mai, ledit vigneron a tout loisir de labourer.

Vendredi 4 mars

Combien il est bon de pouvoir savourer au quotidien la beauté et le parfum des fleurs d’amandiers, pêchers, pruniers et cerisiers, butinées de concert et dans le calme par nos abeilles, bourdons et Cie qui, sans distinction d’espaces et de frontières, partagent ‘’main dans le main’’ le moindre pistil.

Mercredi 2 mars

Sur le bord de l’Agly côté village, tout en devisant gaiement, une poignée de Planézols s’est promenée du Tamarin au Gourd’En Coq, un sac poubelle sous le bras, manière de ramasser plastiques, verres et ferrailles.
Grand Merci à la fine équipe pour son initiative et pourquoi pas recommencer plus nombreux une prochaine fois ?

Samedi 30 avril

Comme les petits copains, il plante à tire-larigot ‘’le’’ Gilles sur les Contiès, remplaçant une syrah 25 ans d’âge par un grenache tout neuf.
Entourés de ses incontournables ‘’Hommes de base’’ Christian et Thierry et d’une ‘’belle brochette’’ d’Amis, les 4.000 greffés-soudés ont été plantés en l’affaire d’une grosse matinée, l’après-midi, elle, étant dédiée à l’arrosage.

Jeudi 28 avril

Dernièrement, c’était le branle-bas de combat au Cellier Trémoine avec des pinceaux et rouleaux par ci, des scies sauteuses et visseuses par-là, sans oublier le laser et le niveau pour tout mettre d’aplomb.
Sous la houlette de David, promu Directeur au millésime dernier, les Vignerons, en moins d’une semaine ont chamboulé de A à Z le moindre recoin de leur Cellier pour amener fraicheur, clarté, parfum de jeunesse et nouveauté à un ‘’outil de travail’’ qui, à bien y réfléchir, avait certainement besoin d’un bon ‘’lifting’’.
Bravo aux Vignerons d’une Cave pas comme les autres, pour toujours répondre présents et pour toujours aller de l’avant.

Mardi 26 avril

Le 2e tour des Élections a livré son verdict et le Président sortant se remet en route pour cinq ans.
Souhaitons-lui bon courage et bonne chance, souhaitons que quel que soit le bord, les belles Ames politiques du Pays puissent un jour se mettre à ‘’labourer’’ dans le même sens et n’oublions surtout pas, combien il fait bon vivre en Paix dans notre Pays.
Résultats Planézols :
82 inscrits.
62 votants.
32 Macron.
20 Le Pen.
10 blancs.

Dimanche 24 avril

Alors que le second tour des Présidentielles se déroule en Mairie, Jeannette, comme d’habitude, se rend sur la Place Publique, panier à la main pour récupérer son pain.
Sans se départir de son sourire, elle fait en ce jour d’élections, 91 ans et si la canne est devenue une précieuse alliée, c’est un vrai plaisir de la saluer, comme chacun de nos Anciens.
Joyeux anniversaire Jeannette et en ce 24, tous nos regrets de ne pas avoir eu la chance de croiser notre Doyen Joseph qui ne manque jamais de se rendre à l’Urne le moment venu et qui fête aujourd’hui ses 97 ans.

Vendredi 22 avril

Les muscats petits grains, c’est bien connu, sont toujours les premiers à pointer feuilles et gourmands et Robert le Vigneron qui n’est pas à son premier millésime sait très bien qu’il vaut mieux, question gain de temps, ‘’desbroutigner’’ le plus tôt possible.

Mercredi 20 avril

Place de l’église, Pierre, avant de se lancer dans les labours, vérifie et change s’il le faut les socs de charrue qui battent sérieusement de l’aile.
Minutieux à l’extrême comme le John, il serait étonnant, une fois revissés les boulons, qu’un bout de charrue se perde en route.

Lundi 18 avril

Dans le coin du casot de la Peyrière, Jonathan poursuit patiemment son renouvellement de parcelles et cette fois, pour les besoins de la Cave Trémoine, il plante du grenache noir à destination Haut de Gamme.
Le temps est au beau, le Canigou magnifique, les copains prennent plaisir à courber l’échine et au dernier greffé-soudé planté, comme le veut la coutume, la grillade est de sortie.

Vendredi 15 avril

Sur le haut du village, Damien, en bonne compagnie, dirige la mise en bouteille de sa cuvée 2021 : ‘’Sun is shining’’.
Muscat petits grains et Alexandrie font bon ménage dans des proportions et macérations savamment dosées et la couleur et les arômes sont au rendez-vous pour un 10,5° bien agréable à déguster.
Le plaisir de vinifier se lit sur son visage et à n’en pas douter, il n’est qu’au tout début d’une belle vie de Vigneron.

Mercredi 13 avril

Quand il ne s’occupe pas de ses poules, le John passe une partie de son temps dans son atelier où le moindre outil est rangé à la perfection et question minutie, lorsqu’il entreprend un travail quel qu’il soit, ce dernier sera toujours fignolé dans les moindres détails.

Lundi 11 avril

Pour le premier tour des Élections Présidentielles, les 71 des 82 inscrits Planézols se sont présentés devant l’urne pour voter.
Pas de blanc ni de nul au dépouillement qui a vu arriver en tête Mélenchon.
Ne laissant que quelques miettes aux autres candidats, Mélenchon a obtenu 29 voix, Le Pen 13, Macron 12 et Zemmour 6.
Comme en 2017, les mêmes finalistes se donnent alors rendez-vous devant l’urne le 24 prochain.

Samedi 9 avril

Dès qu’il s’agit de rendre service, Yves, l’Homme au grand Cœur de Gouaux (65) ne se fait pas prier. Des blocs et des poutres, il en a assemblé à tire-larigot alors, un petit cabanon de rien du tout sur la Tourredeille, devient pour lui un agréable passe-temps et ce n’est pas quatre ‘’bourrasquettes’’ de neige d’avril qui va faire rentrer le rude montagnard à la maison.

Jeudi 7 avril

Aidés par Bernard et Christian, les professionnels du traçage, Père et Fils Jourda, à la limite du Pla replantent un bon hectare de Grenache Noir. Les vieux Carignans du 20e siècle, arrivés au bout du rouleau, laissent la place à la nouvelle génération. Puisse cette dernière apprécier aussi longtemps la vue imprenable donnant sur la Chapelle et Roquecourbe.

Mardi 5 avril

Au lieu-dit ‘’Lou Sarrat’’, il savoure, Alexandre, d’aller-venir sur son tracteur équipé d’une décavaillonneuse, faisant à chaque passage place nette autour du cep tout en laissant bien songeur celui qui, au même âge, faisait le même travail au bigos.

Dimanche 3 avril

Portée par une forte tramontane, la neige s’est invitée sur le paysage avec des températures ‘’ressenties’’ sous le zéro. Les collines se sont emblanchies, les vignerons sont restés à la maison et si la vigne n’a pas eu à pâtir de ce froid hivernal, certaines zones du département déplorent des dégâts sur bon nombre de fruitiers.

Vendredi 1er avril

La période de marinade, en ce mois de mars, a été une véritable aubaine pour les petites herbes squattant nos ruelles et si le glyphosate ne fait plus partie désormais de l’attirail de nos employés communaux, le chalumeau, lui, se régale de régler le problème.

Mardi 31 mai

Abritée entre les deux portes de la salle des fêtes, elle était tranquille la belle couleuvre de Montpellier, toute occupée à digérer son repas, mais Barbora, venue faire un peu de rangement, a eu ‘’la peur de sa vie’’ en voyant la sympathique bestiole essayer, tant bien que mal de se frayer un chemin vers la sortie. Et puis, sans demander son reste, incognito, elle est partie comme elle était venue…
Merci à Marie-Alice pour les photos.

Dimanche 29 mai

A l’ombre des cyprès de Mariano, bien abrité de la Tramontane, il prend le frais le crapaud, le ventre posé dans un pot sensé, incessamment sous peu, mettre à jour un plant de Butternut.
Après avoir gratouillé un terreau humide à point, il savoure l’instant présent sans se poser de question sur le butternut qu’il faudra sans doute ressemer.

Vendredi 27 mai

La mairie communique :
Une conseillère numérique sera présente dans les locaux de la Mairie le 07 Juin à 9 Heures.
Elle vous propose, de 9 heures à 10 heures, un atelier « première prise en main d’une tablette et/ou d’un smartphone.
Et de 10h30 à 11h30, une aide aux démarches administratives (CAF, Impôts, RSA…)
Pour une meilleure organisation une inscription en Mairie doit être faite aux jours et heures d’ouvertures.
Qu’on se le dise !!!!!!!!!!!!!!!!

Mercredi 25 mai

A l’heure de la sieste jeudi dernier, les sirènes des pompiers et de la gendarmerie ont réveillé le village.
Aux premières loges dans son jardin du Tamarin, Georges a assisté au départ du feu en même temps qu’à ‘’l’escapade’’ sans laisser d’adresse des imprudents qui, par Marinade forte, n’ont trouver rien de mieux que de faire griller aux abords de la station de pompage.
Le feu, bien sûr, a fini par être maitrisé, mais dans l’histoire, Georges a perdu quelques pêchers et notre Platane bicentenaire, coté flammes, a été grillé jusqu’au sommet.

Lundi 23 mai

La petite ‘’vignotte’’ de René, située au pied de la Chapelle, change tranquillement de mains.
Le John, dont la maison est attenante, se régale désormais de la nettoyer, de la piocher, de la rascler, de la bichonner, avec cette même ardeur de ses 20 ans.
Après avoir sollicité la pelle mécanique de Mathieu pour la future plantation de noyers, amandiers noisetiers et Cie, il ne fait aucun doute que la vieille parcelle va reprendre vie.

Samedi 21 mai

Après le départ de Sissi, il est bien réconfortant de revoir à nouveau sa maison avec les fenêtres du 1er étage ouvertes au soleil et à la vie.
Ses enfants Simone et Claude, très attachés au village, reviennent ces jours-ci respirer l’air du Pays, rendant visite aux copains du coin, avec en prime, cueillette de fèves, bonnes balades nocturnes autour du Pla et quelques cerises grignotées à la lampe, comme au bon vieux temps d’Alexandrine.

Jeudi 19 mai

Information à la population.
Un atelier ‘’Projet Vidéomapping’’ dirigé par l’artiste mexicain Josué Abraham est organisé à la Chapelle de Planèzes le :
Dimanche 22 mai à 21h30 pour une présentation.
Jeudi 26 mai et vendredi 27 mai de 19h30 à 22h pour le Workshop.
Samedi 28 mai et Dimanche 29 mai de 14h30 à 17h et de 20h à 22h pour le Workshop.
Cet atelier est ouvert à tous et gratuit.
Qu’on se le dise !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Mardi 17 mai

Pour raison de Covid, Joanna et John n’étaient pas revenus au village depuis presque trois années, aussi c’est avec un immense plaisir qu’ils ont regoûté à la chaleur et à la tranquillité de leur petite maison de la place de l’église et cela valait bien un petit repas champêtre en compagnie des riverains, tous heureux de les retrouver.

Dimanche 15 mai

Sur le qui-vive dans le bigarreau de la Tourredeille, tout en jouant à l’acrobate, il déguste les cerises, le Loriot, sans se douter combien, avec plaisir, il est épié à travers une vieille canisse de roseaux.

Vendredi 13 mai

A l’abri de la Tramontane sous la murette de ‘’Lou Pujol’’, est venue pour Jo l’heure de semer les haricots verts dont sont friands tous les membres de la famille Jimenez sans la moindre exception.
Tout est calculé, les sillons tracés au pied et droits comme des ‘’i’’ sont saupoudrés d’une bonne couche de terreau dans lequel les graines sont délicatement enfouies avant de refermer le sillon.
Une fois de plus, la récolte sera belle.
Ps : Profondes pensées pour la famille Serradell après le décès de Joséphine, notre camarade de classe des années 60, demandée en mariage par son instituteur Antoine.

Mercredi 11 mai

Elle se régale, Monique, de bichonner sa treille de muscat bien abrité sous le parapet bordant notre D9 et le moins que l’on puisse dire, à la regarder soufrer, c’est que l’oïdium n’a pas une seule chance de s’en tirer.
PS : Né le 11 mai 1911 à Prats de Mollo, François, où qu’il soit, fête aujourd’hui ses 111 ans.

Lundi 9 mai

En ce mois de mai, l’herbe s’en donne à cœur joie et sur la Tourredeille comme sur bon nombre d’autres lieux-dits, la débroussailleuse est de sortie pour ratiboiser à tire-larigot.

Samedi 7 mai

Le temps a passé dans la vieille bergerie de Feu Mr Faitg et la belle fresque, dessinée ‘’fa temps’’ par un ami de Robin finissait de disparaitre.
En vacances au village il y a peu, Robin s’est tourné alors vers Léo, notre Artiste Planézol, pour lui demander de la redessiner et après avoir retrouvé plus ou moins les contours, le Léo y a mis tout son cœur et le résultat est superbe.

Jeudi 5 mai

Comme d’habitude à pareille époque, les bourgeons de vigne se dressent fièrement tel le Canigou que nous avons ‘’en page d’accueil’’ tout au long de l’année et nos cépages, tout de vert vêtu en ce mois de mai et mieux qu’un long discours, témoignent de ce bonheur simple qui est là, à portée de mains.

Mardi 3 mai

Avec un peu de retard, le John a reçu comme cadeau d’anniversaire deux poules qui complètent merveilleusement son cheptel. Il faudra certainement un peu de temps aux nouvelles pour se faire accepter par les anciennes dans le poulailler mais le propriétaire des lieux a l’habitude de mettre au pas les ‘’belligérantes’’.

Dimanche 1er mai

Si la fleur de muguet en ce jour traditionnel de fête du travail est de sortie, elle n’a pas comme la fleur de cerisier la même valeur pour certains d’entre nous qui retrouvent derrière chaque Burlat, Van, Griottes ou Napoléon, le visage de notre Chère Alexandrine qui, sans le vouloir, a drôlement embellie notre enfance.

Jeudi 30 juin

Dès que l’herbe s’invite à tire-larigot sur notre belle D9, l’équipe à José, débroussailleuses et atomiseur en mains, se charge de faire le ménage et les ‘’lascars’’, en habitués de la situation, laissent toujours place nette derrière eux.

Mercredi 29 juin

Pour Laurent, de Cassagnes à Lansac et de Planèzes à Rasiguères, les tournées phyto défilent dans un paysage magnifique où il fait bon se promener et rencontrer les vignerons.
Cette année, la terre manque d’eau, les cépages pâtissent sous la canicule mais l’état sanitaire est excellent.
A deux mois des vendanges, souhaitons juste de bonnes pluies pour rafraichir le territoire ce qui, sans aucun doute, rassurerait nos vignerons.

Lundi 27 juin

Les feux de la Saint-Jean, sous l’ombre du platane de la Révolution, donnent chaque début d’été l’occasion à la population de savourer un bon moment de partage.
Les vins de terroir comme de coutume sont de sortie pour le bonheur des plus grands et torches et lampions, à la nuit tombée, font le régal des plus petits.
Et le tas de palettes, préparé soigneusement par Laurent, n’avait pas une chance de s’en sortir, d’autant plus que pour cet instant magique réservé aux enfants, le vent s’était arrêté de souffler.

Samedi 25 juin

La Communauté de Communes sur le Fenouillèdes a mandaté diverses entreprises afin de vérifier l’étanchéité de l’ensemble du réseau des égouts et comme tous les petits villages de notre inestimable canton, le nôtre n’a pas dérogé à la règle.
De la fumée a donc été envoyée à l’aide d’un ventilateur dans tout notre réseau et aux dernières nouvelles, il n’y a rien à signaler.

Jeudi 23 juin

La Commission Technique s’est réunie à la salle des vignerons de Trémoine avec Aurélien et Laurent ‘’à la baguette’’.
Il a bien sûr été question des dates de la tournée phyto qui sont désormais toutes calées mais il a été question également de se projeter dans un avenir proche en essayant d’anticiper les éventuelles difficultés liées aux départs de nombre de nos ‘’Anciens’’ et par ricochet à la baisse des récoltes à venir.
Le Président de la CT, Aurélien, a émis le souhait pour les prochaines plantations de se pencher sur de nouveaux cépages tels les Souvinier Gris, Soreli, Artaban et Cie, variétés résistantes aux divers champignons (mildiou, oïdium…) et aux récoltes régulières, millésime après millésime.
Les vignerons ont été sans l’ombre d’un doute très intéressés par cette nouvelle génération de cépages et à écouter la voix posée d’Aurélien, on ne peut s’empêcher de penser, qu’une fois l’heure venue, les jeunes d’aujourd’hui et de demain sauront vers qui se tourner.

Mardi 21 juin

Grand MERCI à Barbora, Conchi et Ingrid pour avoir accueilli Corinne la Lesquerdoise qui, depuis des lustres, sillonne le secteur au volant du Bibliobus.
De nouveaux livres, romans, policiers et bandes dessinées sont à la disposition de nos lecteurs et encore MERCI aux filles pour leur présence et leurs photos.

Lundi 20 juin

Pour le 2e tour des Législatives au sein de notre Mairie, les deux candidates, Lis et Sabatini n’ont pu se départager, récoltant en fin de compte 19 voix chacune.
Ajouté à cela, 10 blancs et 1 nul pour 82 inscrits et le village frise les 60 % de participation.
Aux dernières nouvelles, parait-il que le Pays, d’un seul coup d’un seul et résultat final oblige, est devenu ingouvernable alors souhaitons que les Bœufs, Bourriques et Bourricots de tout bord s’attèlent enfin à chercher conjointement le simple bien-être et bonheur de la Population.

Dimanche 19 juin

Le Comité des fêtes communique :
Repas de la St Jean le jeudi 23 juin, sur la place du village.
Salade composée, saucisse, gambas, chorizo avec pommes de terre, tarte aux fruits, 15€ pour les adultes et 12€ enfants de 7 à 12 ans (pensez à amener vos couverts).
Lampions et torches iront allumer le feu au terrain habituel après le repas.
Inscriptions avant le lundi 20 juin soir auprès de Marie Alice, 06 48 95 87 17, alicema@orange.fr
St Pierre mercredi 29 juin messe à 17h à la chapelle puis apéro et repas au jardin Loubet en mode auberge espagnole.
VENEZ NOMBREUX !

Samedi 18 juin

Vers la fin mai, à la Chapelle St-Pierre et à la nuit tombée, sous le doigté de l’Artiste Mexicain Josué Abraham, avait lieu une soirée de vidéomapping (forme d’expression artistique contemporaine).
Et, s’il n’est pas facile pour un néophyte d’expliquer ‘’le phénomène visuel’’, l’instant était tout simplement rare et précieux de découvrir notre Chapelle parée ainsi de fleurs et de mille couleurs.

Jeudi 16 juin

Après deux années en stand-by pour cause de virus, le groupe Ostinata s’est retrouvé entre les murs du Prieuré de Marcevol pour participer à la fête du cinquantenaire de sa restauration, débutée en 1972 et ce jusqu’en 1999, par une poignée de bénévoles.
Sabine ‘’la pionnière’’ qui, toute jouvenotte, a mis en place d’une certaine manière les premières pierres d’une rénovation longue de 3 décennies, était toute émue de se retrouver à chanter avec ses Amies dans ce lieu Ô combien attachant pour elle.
L’acoustique était parfaite, les filles, malgré l’émotion, ont fait preuve une fois de plus de beaucoup de talent et ’’la Sirène de Begur’’ clôturait de façon magnifique une soirée placée sous le signe de la convivialité, du partage et de l’Amitié.

Mercredi 15 juin

En ce mois de juin, avant d’être complètement déplumés par la Tramontane, les iris blancs de la Chapelle se dressent fièrement et notre brave Cordonnier Jacques Bonnaure, décédé voilà déjà 120 ans, se régale encore et toujours de se reposer au milieu de toutes ces fleurs.

Mardi 14 juin

Le 1er tour des Législatives s’est déroulé dans un calme absolu.
3 Planézols sur 4 ont déposé le bulletin dans l’urne pour le résultat suivant :
Berrué 24, Lis 12, Sabatini 9, Bret 7, Diago 3, Goiset 2 et Blanc, Gabarda et Raspaud 1.
Au dépouillement, ce n’était pas la grande foule, à croire que le match Mont-de-Marsan-Usap pour le dernier tiquet Top 14 était prioritaire !!!

Lundi 13 juin

Le samedi 18 juin dès 19h30 venez passer une merveilleuse soirée à Planèzes, Salle Loubet de Sceaury 1 spectacle + 1 concert.
Buvette de choix, tartines d’excellences.
10€ par tête, gratuit pour les moins d’un mètre !!!!!!!!!
Cie La boudeuse : Moire, Trois corps et un son.
Née du néant, du noir, du vide, MOIRE est matière.
Pièce chorégraphique pour 3 interprètes et 1 musicien.
MOIRE prend vie, s’adapte, se transforme et mue sans cesse, dans une quête infinie, absurde et instinctive.
David Lafore : un concert hybride, entre récital et performance théâtrale. Un concert dont la set-list n’est pas totalement prévue à l’avance, où l’improvisation guette son heure, et où il n’est pas rare qu’un poème se trouve dit, net et sensible, entre deux facéties… 
Qu’on se le dise !!!!!!!!!!!!

Samedi 11 juin

Avenue de l’Agly, juste après le virage de chez Juliette, Barbora et Marie-Alice ne ménagent pas leurs efforts pour arranger la bordure qui mène à la cave coopérative.
Une fois le béton fabriqué ‘’sous le préau’’, elles mettent en place des pierres choisies avec beaucoup de soin et les scellent ensuite avec mille précautions.
En un mot, du grand art qui va embellir la route de l’Agly.

Jeudi 9 juin

A l’heure de la Biblio, moitié ombre, moitié soleil couchant, il étale toute sa splendeur le Bougainvillier planté ‘’fa temps’’ par Margarete et, à le regarder couvrir de rouge et violet la façade de l’école communale, pour un peu, on y reviendrait finir d’étudier.

Mardi 7 juin

Contre la dégénérescence de la syrah, le vigneron n’a pas d’autre moyen de lutte que le remplacement systématique à chaque sortie d’hiver des pauvres ceps partis pour la plupart dans la force de l’âge. Mais il se doit aussi de ne pas oublier et jusqu’à la fin de l’été les arrosages primordiaux pour passer la première année.

Dimanche 5 juin

Bien loin de la tranquillité des soins apportés aux cépages carignan-Maccabeo de la ‘’belle époque’’, la Syrah qui pousse à tire-larigot, n’en finit plus d’agacer le vigneron qui ne sait plus à quel Saint se vouer pour régler le problème et, en basculant dans les nouveaux cépages et le nouveau siècle, il n’est pas du tout sûr qu’il y ait gagné au change.

Vendredi 3 juin

Sous la vieille Chapelle, le conservatoire de cépages ces derniers temps est tout simplement magnifique à regarder alors un grand MERCI à Barbora et Marie-Alice pour soigner aux ‘’petits oignons’’ ce sanctuaire de notre ADN, sans oublier Monique qui pour rien au monde ne laisserait l’oïdium et le mildiou venir roder dans les parages.

Mercredi 1er juin

La mouche Suzukii, en ce milieu de printemps, continue à faire de sacrés ravages dans nos vergers et le moment de la cueillette venue, bien souvent la récolte est ‘’foutue’’, aussi, Jean-Louis, qui depuis presque l’époque d’Alexandrine, n’a plus goûté au plaisir de cueillir le fruit sur l’arbre, croque à pleines dents dans un bigarreau-Van qui, à sa façon, a su calmer ‘’l’envahisseur’’.

Dimanche 31 juillet

Sur des pêches blanches, rouges et jaunes gavées de soleil, le site ‘’ferme la boutique’’, à peu de chose près, jusqu’au lever des rideaux de fer de la cave Trémoine.
Bonne quinzaine à tout le monde !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Samedi 30 juillet

Si la voiturette et son klaxon restent les mêmes, son conducteur, lui, a changé et désormais, le sourire de Julien a remplacé celui de Jean-Claude à qui nous souhaitons une bonne retraite tout en émettant le vœu que son remplaçant prenne plaisir, pour les trois prochaines décennies, à livrer son pain sur la place publique.

Jeudi 28 juillet

Il est arrivé du coté de Roquecourbe sans être le moins du monde annoncé par les médias, l’orage, faisant le plus grand bien au moral de chacun et s’il n’est tombé, plus ou moins que 10 millimètres, les raisins, tous cépages confondus, ne s’en plaindront pas en attendant, espérons-le, une bonne pluie d’ici peu.

Mardi 26 juillet

Sur le lieu-dit ‘’Lou Pujol’’ et sous la tonnelle, tous les dimanches à l’heure de la messe, le John et Georges refont le monde d’hier et de demain.
Si ces deux natifs du village ont bien du mal à se connecter avec la civilisation actuelle, c’est un pur régal de les écouter remonter le temps en faisant revivre avec une nostalgie évidente Sylvio et Dédé, les ‘’instits’’ Antoine, Mlle Blanc, Mme Billes, les vendanges d’avant, les petits copains de l’école communale tels Jean, Vincent et Momo…
Et à tendre discrètement l’oreille, comment ne pas être d’accord et préférer en fin de compte, les cabanes et frondes d’antan aux tablettes et téléphones sophistiqués d’aujourd’hui ?

Dimanche 24 juillet

Les 13, 14 et 15 juillet derniers se déroulait dans le parc Loubet de Sceaury la deuxième partie des Musicales de l’Agly.
Les apéros concerts faisaient leur retour au pied du bassin où successivement, les groupes Banan’n Jug, Tobbogan et Saffey se sont fait plaisir à lancer les soirées.
Après les repas servis sous la biblio et dégustés sur la place publique, grand ensemble Koa et Tracteur le 1er soir, Ceylon et Cinq Oreilles le 14 et Legraux Tobrogoï et Pulcinella en bout de Musicales ont assuré le spectacle devant un public plus clairsemé que prévu.
Les ‘’aficionados’’ se donnent rendez-vous en 2023 autour du 14 juillet !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Vendredi 22 juillet

Les ‘’barriols’’ sont en avance sur l’heure en ce mois de juillet ; les Syrahs sont pratiquement toutes noires-bleutées mais feuillage et grappes commencent à pâtir sous une canicule à rallonge qui n’inaugure rien de bon sauf si d’ici peu, une bonne pluie n’avait l’idée de tomber.

Mercredi 20 juillet

Lorsqu’ une ponte de coccinelles, au beau milieu d’un carré de tomates, commence à se ‘’réveiller’’ pour aller inspecter les alentours, les pucerons et compagnie ont bien du souci à se faire.

Lundi 18 juillet

De passage au village pour faire un petit coucou à Tante Solange, Claude, passé Maitre dans l’Art de la grillade, se régale de faire ‘’brounziner’’ son barbecue où ‘’roundinègent’’ pêle-mêle, brochettes, blancs de poulet, saucisse et roustes pour le plus grand bonheur des copains.

Samedi 16 juillet

Après des décennies de bons et loyaux services, Mr Cladellas a effectué, le sourire aux lèvres et le cœur lourd, sa dernière tournée de boulanger.
Comme de coutume et venue de Latour, elle a klaxonné sa voiturette à l’entrée du village, annonçant croissants, baguettes et pâtisseries.
Les abonnés à ce petit moment de rencontre et de partage matinal ont tous eu un mot sympathique pour le jeune retraité puis, après avoir servir son dernier client et ami, Jean-Claude a pris la route de Rasiguères pour terminer pour de bon son métier de boulanger.

Jeudi 14 juillet

En prévision des Musicales de l’Agly échelonnées cette année sur une grosse semaine, Alex arrose abondamment sa réserve de bois mitoyenne du jardin de Mr Loubet car, vu l’extrême sècheresse ambiante, il n’est pas question de prendre le moindre risque avec un mégot oublié.

Mardi 12 juillet

La première partie des Musicales de l’Agly 2022 s’est déroulée dans une ambiance ‘’bon enfant’’ et dans un jardin de Mr Loubet de Sceaury – dit Paul que nous ne remercierons jamais assez pour l’avoir légué à son village de toujours – et déguster aujourd’hui une bière pression au coin de son bassin sous l’ombre bienfaisante du néflier du Japon se passe de commentaire pour les enfants de l’époque qui ont bien grandi et qui avaient fait de ce lieu merveilleux une seconde cour ‘’de récréation’’.
Demain, 2e partie du festival avec le retour attendu des apéros-concerts, moment incontournable et tellement agréable à savourer !!!

Dimanche 10 juillet

Ils ont tourné dernièrement sur les hauts du Col de la Bataille les Canadairs, larguant inlassablement leurs cargaisons de flotte pour réduire au plus vite le nombre d’hectares partis en fumée et par ces temps de canicule jumelés aux vents, combien il est dommage que prudence et précaution ne soient pas la préoccupation première de tout un chacun.

Vendredi 8 juillet

A partir d’aujourd’hui et jusqu’au 15 juillet, le festival LES MUSICALES DE L’AGLY se déroule dans le jardin de Mr LOUBET de SCEAURY dans un esprit familial et bon enfant.
Cantine associative les 13, 14 et 15 sans réservation.
Sur place tapas et sandwichs à la buvette du festival chaque soir de concert.
PROGRAMME :

  • le vendredi 08 juillet : 19h La Flèche / 21h30 L’Impasse Humaniste / 23h Nyabinghers Big Band
  • le samedi 09 juillet : 19h Matéo Langlois Trio / 21h30 Davy Kilembé Sextet / 23h Fanfare Olaitan
  • le dimanche 10 juillet : Master class Fanfare Olaitan
  • le mercredi 13 juillet : 18h30 Dégust’ apéro avec Banan’n Jug / Repas / 21h30 grand ensemble Koa / 23h Tracteur
  • le jeudi 14 juillet : 18h30 Dégust’ apéro avec Toboggan / Repas / 21h30 Ceylon / 23h Cinq Oreilles
  • le vendredi 15 juillet : 18h30 Dégust’ apéro avec Saf Feh / Repas / 21h30 Legraux Tobrogoï / 23h Pulcinella : La guerre des boutons
    Billetterie sur place à partir de 18h.
    Tarif dégust’apéro: entrée gratuite – verre dégustation : 3€
    TARIFS CONCERTS : – soirée : 15€ / réduit* 12€ – 2 soirs : 28€ / réduit* 22€ – 3 soirs : 41€ / réduit* 32€ – Pass Fest 65€ / réduit* 50€
    *Tarif réduit : -18 ans, étudiants, minimas sociaux – Sur présentation d’un justificatif GRATUIT pour les moins de 14ans.
    Qu’on se le dise !!!!!!

Mercredi 6 juillet

Avant de partir passer quelques semaines chez sa fille ainée Cathy et son gendre Alain, notre Doyenne Dédé, en bonne compagnie, savoure sur son devant de porte l’ombre rafraichissante du figuier de Thierry.
Et quand on sait combien elle anime par sa seule présence tout le quartier du haut, elle nous manque déjà !

Lundi 4 juillet

Si les Temps ont bien changé, contre vents et marées, notre Monique maintient par sa seule et belle Foi, la célébration de la messe de la St Pierre.
Une trentaine de Fidèles, au sein de la Chapelle, ont écouté l’Abbé Patrice relater le parcours de l’Apôtre Pierre et après le moment sacré de ‘’l’hostie’’, un petit apéritif clôturait l’office religieux.
En soirée, dans le jardin de Mr Loubet, une auberge espagnole de derrière les fagots venait rappeler s’il le faut, combien sont incontournables les moments simples de la vie.

Samedi 2 juillet

Une chappe de chaleur traine depuis quelques temps sur le Fenouillèdes et si les orages éclatent par-ci par-là, les jeunes plantations planézoles, elles, n’ont pas reçu la moindre goutte pour se rafraîchir.
Et dans ces cas-là, pas question pour le vigneron de rogner sur les arrosages.

Mardi 30 août

En cette fin de mois d’août, au-dessus d’un nid de guêpes sagement installé au creux d’un arbre, il fait du surplace pour ‘’s’affarter’’, le frelon asiatique sans se rendre compte qu’avec ses collègues il agace les riverains alors, dans ces cas-là, gare à l’indigestion.

Lundi 29 août

Place de l’église, Kaya vient régulièrement taquiner la Pomponnette qui coule des jours heureux sous les acacias.
En habituée de la situation depuis longue date, elle laisse la petite chienne s’époumonner et puis regagne dans l’indifférence sa maison quand l’histoire n’a que trop duré.

Dimanche 28 août

Sur fond de rosé et partie de tarots, joyeux anniversaire à Claude (avec un peu de retard) et vivement qu’il ‘’roundinège’’ à nouveau avec le Léon tout autour du village.

Vendredi 26 aout

La réunion d’avant vendanges a réuni à la maison rasiguéroise du temps libre pratiquement l’ensemble des vignerons de Trémoine, soucieux de savoir par quel bout commencer un millésime qui, une fois de plus, va demander une sacrée dose de patience.
Aurélien, David, Jean-Michel, Laurent et Thierry ont dévoilé les grandes lignes à venir et il ne fait aucun doute que comme tous les autres, ce millésime sera géré de main de Maitre et que la rentrée des Barrals à six semaines devant, sera synonyme de fête et communion.

Mercredi 24 aout

Les contrôles de maturité sont de retour et en cette période de sècheresse, les vignerons ne savent plus à quel Saint se vouer.
Les cépages, dans leur ensemble, annoncent déjà un degré élevé mais la différence entre grains d’une même grappe est telle que la difficulté, vu la petite récolte à venir, sera d’éviter de se tromper et de gâcher la ‘’marchandise’’.

Lundi 22 aout

En attendant de le retrouver au printemps prochain tout jeune retraité au village, bonne route à Thierry qui rejoint ce jour la Capitale pour cause de vacances terminées.

Samedi 20 aout

Il se le bichonne son terrain, le John.
Il pioche, bèche, ratisse large et rascle à tire-larigot, récupérant ici et là au milieu des mattes, albizias, chênes, figuiers et ceps centenaires et quand il aura fini de faire le tour, il sortira le motoculteur Honda, manière de terminer le travail.

Jeudi 18 aout

Un grand MERCI à Juanito pour son accueil dans son magnifique village de Tàrbena, perché tout là-haut dans les montagnes d’Alicante.
Un Juanito, tour à tour poète, peintre, enfant de chœur, cuistot, jardinier et blagueur et avec toujours cet accent à couper au couteau et reconnaissable à mille lieux à la ronde.
Le garçon est honnête, généreux, souriant et sans histoire et quand vous le quittez, il vous tarde déjà de le retrouver.

Mardi 16 aout

En attente de l’ouverture des quais, ils parent le soleil nos pauvres cépages et après être passés malheureusement entre les gouttes plus d’une fois, nombre d’entre eux feront triste mine, une fois l’heure de la cueillette venue.

Vendredi 30 septembre

Au coin d’un figuier centenaire, la colle Torga s’est donnée rendez-vous pour vendanger sa petite vigne de Carignan noir.
Par beau temps et dans la bonne humeur, Annie, Cathy, Monique et Alain n’ont pas laissé le moindre grapillon aux étourneaux et le dernier ‘’gourbeill’’ vidé, les comportes prenaient le chemin de la cave.

Mardi 27 septembre

Côté Sarrat, les frères Jimenez, aidés par l’inusable Marco, prennent plaisir à rentrer leur récolte et si le vigneron est bien souvent tributaire de la clémence de la météo, qu’il n’oublie pas surtout la chance inestimable de travailler à ‘’ciel ouvert’’ toute l’année.