Au jour le jour 2024

Mercredi 31 janvier

Le dimanche 4 février prochain à 14h, les Sapeurs-Pompiers de l’Agly organisent leur traditionnelle rifle de début d’année au gymnase d’Estagel.
Buvette, boissons, crêpes et gâteaux vous attendent, de même que 21 parties assurées avec en prime, la surprise du Chef.
Venez nombreux témoigner de votre attachement à nos braves Soldats du feu !!!

Lundi 29 janvier

Quels que soient les jours de la semaine, Christian, sourire aux lèvres, aime bien être au plus près de ses vignes. Il s’inquiète d’ailleurs aujourd’hui de trouver bon nombre de sarments secs ce qui lui complique drôlement le fignolage de sa taille. Mais aux randonneurs de passage, le passionné intarissable qu’il est, explique les mille et une raisons d’être vigneron.

Samedi 27 janvier

Dans la cour de l’école communale il se fait plaisir, Ger, à retaper son 650 trail Yamaha quatre roues dont la boite de vitesse a lâché et connaissant le bonhomme, d’ici peu, l’engin ‘’roundinègera’’ ici et là et par monts et par vaux.
Bisous à la Classe 55.

Jeudi 25 janvier

Au revoir Jeannot.
Jean est né au printemps 1936 à Latour de France dans la maison de ses parents Thérèse et René Solère le menuisier. Dès ses premiers pas, il s’amuse avec son frère ainé Francis dans l’atelier paternel qui sent bon la sciure et le copeau de bois. Le temps de l’enfance et des études terminé, l’Algérie le rappelle à son devoir de soldat et c’est en grand blessé de guerre qu’il rentre un jour à la maison. Il épouse ensuite en Fenouillèdes Mademoiselle Casamitjana Françoise et dans le courant de l’automne 1959, pendant que les vendanges embaument tout le Roussillon, un petit garçon Jean-Luc vient embellir le jeune foyer. A Planèzes en 1965, la coopérative cherche un caviste. Jean, qui fait ses ‘’premières armes’’ sur Maury, présente alors sa candidature au Président Pont François sans se douter un seul instant qu’il va rester en poste pendant plus de trente ans. L’homme est appliqué, sérieux, ordonné, ne laisse rien au hasard et ne laisse rien traîner. Les tuyaux sont rincés, les cuves ventilées, les outils rangés et l’Œnologue Mme Fourquet lui dit sincèrement un jour : ‘’Monsieur Solère, votre cave est la plus propre du département !’’ En périodes de vendanges, accordant le plus grand soin à la sécurité de ses salariés, il arrive toujours à la cave le premier, soucieux de bien organiser la journée, tout en mettant un point d’honneur à s’en aller le dernier. Bricoleur né, Jean se régale de rendre service aux amis, recevant souvent en échange des fruits et légumes de saisons et le passionné de pêche et de tennis qu’il est prend également plaisir à disputer d’interminables parties de pétanques Pagnolesques avec Dédé, Eliot, François, Georges, Jean, Sylvio….
Juillet venu, la famille Solère emprunte régulièrement le chemin de la Cerdagne afin de savourer au pied du clocher d’Estavar de précieuses vacances méritées. En 1996, dans la salle de l’école communale, Planèzes fête comme il se doit le départ à la retraite de son caviste qui, aux antipodes des traditionnels discours à n’en plus finir, avoue simplement : ‘’Je suis fier d’avoir travaillé pour vous.’’
Les nouveaux retraités s’installent alors un peu plus bas sur Estagel sans jamais rompre toutefois les liens longuement tissés et venant notamment au village fêter les feux de la St-Jean. Depuis quelques temps déjà, ‘’Jeannot’’ se faisait rare de vue et le bruit courait qu’il était fatigué. Aujourd’hui, il s’en va en toute discrétion et seuls restent désormais l’image et le souvenir d’une personne honnête, souriante et agréable à côtoyer.
Dans ces moments de profonde tristesse, nos plus sincères condoléances se tournent de tout cœur vers son épouse Françoise, son fils Jean-Luc, sa proche famille et ses amis.

Lundi 22 janvier

Pour les Jourda père et fils, la taille hivernale est bien avancée. Et si ce n’est quelques ‘’boussinots’’ de syrah traînant par ci par là, il ne reste plus au programme que la parcelle de grenache noir côté Garouilla et la belle plantation du Pla qui arrive en troisième feuille.

Vendredi 19 janvier

Sur les Peyrières et sur fond de Canigou enneigé, au milieu des Carignans, Grenaches et Syrahs, le broyeur est de sortie et si sans se lasser, le tracteur émiette à tire-larigot les sarments, le conducteur, lui, se passerait bien de la poussière soulevée.

Mercredi 17 janvier

Les vœux des Maires est un moment incontournable de la vie de nos villages et le nôtre se régale à chaque début janvier.
Sid avait d’abord une pensée pour Dédée, Hervé, Jean, Jean-Louis, Mme Pétricola, tous partis en 2023, pour Jeannot, notre ancien Caviste et Ami décédé depuis peu, puis souhaitait la bienvenue aux nouveau-nés et aux nouveaux Planézols.
Il a bien sûr été question du problème crucial de l’eau ‘’provisoirement’’ réglé depuis huit mois maintenant par les camions citernes en attendant une vraie pluie.
Le goudronnage de notre D9 et de bouts de chemins de vignes était évoqué ainsi que l’éclairage LED qui devrait nous faire faire des économies.
Enfin, les questions diverses se déroulaient comme d’habitude à bâtons rompus autour d’un bon apéro moitié salé-moitié sucré et accompagné d’inévitables vins de Terroir.

Dimanche 14 janvier

Ils étaient là dès l’aube, les sympathiques garçons du Syndicat Intercommunal Rivesaltais de l’Agly, pour nous tronçonner en ‘’boussinots’’ une grosse moitié de l’amandier tombé dans le jardin de Mr Loubet et à y être, une branche ou deux de pin qui commençaient à agacer.
Puis, avant d’élaguer quelques branches du platane de la Révolution situé sur la place publique, un bon café offert par la Municipalité était le bienvenu.

Jeudi 11 janvier

Sous le platane bicentenaire, Georges finit de tailler ses fruitiers dont les plus âgés se sont maintes fois retrouvés sous l’eau et bon nombre d’entre eux d’ailleurs ne sont plus là, déracinés ou définitivement estropiés.
Mais sans se décourager, entre sécheresses et inondations, le sage philosophe qu’il est depuis longtemps devenu, remet sans cesse le métier sur l’ouvrage.

Mardi 9 janvier

Les Pachères, le Gourd’en Coq, le Roc Noir, le Pont, le Tamarin, nos coins de baignades font peine à voir et si le barrage ‘’ Caramagnol-Cassagnol’’ bien souvent critiqué n’était pas là pour donner encore un peu de vie à notre rivière, nos pauvres poissons auraient vraiment du souci à se faire.

Dimanche 7 janvier

Le vendredi 12 janvier à 18h à la salle Paul Loubet de Sceaury, présentation des vœux de notre Maire Sidney et de son Conseil Municipal suivis, comme de coutume, d’un bel apéro.
Venez nombreux saluer nos Élus.

Vendredi 05 janvier

En ce jour d’anniversaire, l’Ainé des Jimenez délaisse, l’espace de 24 heures, syrahs et grenaches pour consacrer un peu de son temps à ses chers légumes et vu la sécheresse longue durée qui sévit, les choux-fleurs, fèves, oignons et poireaux ne vont pas se plaindre d’un petit arrosage.

Mardi 2 janvier

Voilà vingt ans déjà naissaient main dans la main, Mateo, le fils d’Éric et Magalie et la rubrique ‘’au jour le jour’’.
La famille, depuis, s’est agrandie alors tout en souhaitant un joyeux anniversaire au premier-né du site, nos vœux de prompt rétablissement se tournent vers son papa.

Lundi 1er janvier

Sur des décorations de Noël et des poissons de toutes tailles, de toutes couleurs et pétant de santé, Bonne et Joyeuse Année à toutes et à tous.
Et que le Bon Dieu, dans sa grande miséricorde ait une petite pensée pour nos rivières asséchées.

Jeudi 22 février

Malgré des conditions climatiques déplorables, le vigneron garde confiance et va de l’avant. L’épandage d’engrais sur un sol sec de sec n’est pas la meilleure garantie à un bon emploi mais la pluie finira bien par arriver et il est bon de s’en persuader.

Lundi 19 février

Adeptes de la marche matinale, Dominique et Pierre prennent beaucoup de plaisir à balader autour du village en compagnie d’Oscar l’Épagneul qui semble avoir un moteur sous chaque patte. Mais si sa fougue l’amène un peu trop loin de ses maîtres, son collier équipé d’ultras sons lui fait faire illico presto demi-tour à la première pression sur la télé-commande.

Samedi 17 février

Depuis peu, Madame Arnold s’est vu offrir par ses enfants un petit toutou tout blanc appelé Toy mais qui rouspète à la moindre occasion. Du coup, elle le promène bien souvent du côté du Roc, manière de le fatiguer un peu et l’un dans l’autre ma foi, sauf geste brusque, la ‘’bébête’’ est plutôt tranquille.

Jeudi 15 février

L’Assemblée Générale des Vignerons de Trémoine se tenait dernièrement au sein de l’inamovible Maison du Temps Libre Rasiguéroise. Aurélien, le tout jeune et nouveau Président, après avoir salué l’assistance, lisait le compte rendu de l’exercice 2022-2023. Les Commissaires aux comptes prenaient ensuite le relais pour énumérer la longue liste des chiffres constituant le bilan. Et force est de constater que comme dans de nombreuses caves du département, la santé financière de Trémoine n’est pas au mieux. Les intervenants aux questions diverses ont pointé du doigt la courbe inquiétante et descendante du revenu du vigneron sur les derniers millésimes et tout un chacun s’accordait à dire que la tendance devait s’inverser. Entre départs à la retraite, petites récoltes et sécheresse, Aurélien et son Conseil d’Administration ont aujourd’hui et sans l’ombre d’un doute, du pain sur la planche. La toute nouvelle SCIC ne peut à elle seule régler la situation et le salut de la Coopérative, comme à chaque fois depuis plus de 100 ans, viendra de ‘’l’intérieur’’ en passant par une profonde réflexion et remise en question.

Lundi 12 février

Vingt-quatre heures après avoir reçu les journalistes de l’indépendant, notre Maire Sidney accueillait dans la Maison communale les sympathiques et souriantes reporters de TF1. Du Château d’eau au bord de l’Agly, ces dernières l’écoutaient attentivement réexpliquer que depuis la crue de janvier 2020, les pluies s’étaient espacées au point d’en arriver aujourd’hui à un seuil critique de profonde sécheresse entraînant notamment la surveillance quotidienne et préoccupante d’une jauge de Château d’eau flirtant dangereusement avec la réserve des Pompiers. Quelques prises de vue plus loin et en attendant la livraison hebdomadaire du camion-citerne, elles se rendaient chez l’habitant (e), pour découvrir que depuis longtemps déjà, l’eau ‘’usée’’ dans chaque foyer était récupérée à toutes fins utiles. Le drone survolant le village diffusait un peu plus tard à la France entière les images d’un territoire planézol désertique. Si la pluie ne vient pas, vignes, vergers et jardins ne passeront pas l’été, mettant ainsi en péril notre belle agriculture roussillonnaise. Nous nous devons néanmoins de garder confiance et de ne pas oublier surtout nos semblables du Pas-de-Calais impuissants sous les inondations et qui bien souvent ont tout perdu.
Un grand MERCI à Monsieur Antoine FASSY, Directeur de la Régie de l’eau de l’Agly Fenouillèdes qui, en ces temps difficiles, œuvre et veille sans compter au bien-être de tous nos villages.

Samedi 10 février

A l’Ouest de Rasiguères, sur le lieu-dit ‘’La Condomine’’, la parcelle du vieil Émile change de look. Les Carignans centenaires parsemés de Grenaches et Macabeus laissent la place à une belle plantade d’oliviers de type Arbéquine qui, dans cette terre profonde et ensoleillée, n’aura nul souci pour ‘’s’accamper’’.

Jeudi 8 février

Sur l’Indépendant d’aujourd’hui, le village est aux premières loges sous le titre : ‘’Plus une goutte d’eau à Planèzes’’ et en 3ème page il est même souligné que nous sommes ravitaillés par camions citernes. Sid se serait bien passé de cette publicité mais avec beaucoup de gentillesse, il a reçu les journalistes pour leur expliquer combien, en ces temps de ‘’sécade’’, il était préoccupant et difficile de maintenir quotidiennement le niveau du Château d’eau sans puiser dans la réserve Pompiers.
Et si depuis mai, la rotation des camions n’a cessé, le ravitaillement en eau va inéluctablement, sauf grosse pluie, s’étendre d’ici peu aux autres villages du Fenouillèdes, mettant ainsi en péril une Communauté de Communes impuissante financièrement devant une telle situation.
Source de vie et principale richesse sur Terre, cette eau de pluie qui nous fait tant défaut nous annonce que peut être les Temps sont en train de changer et qu’il faudra désormais apprécier à sa véritable valeur celle qui coule de nos robinets.

Mardi 6 février

A la retraite depuis le dernier réveillon, Jean-Luc le Baixanenc, découvre une nouvelle vie dépourvue du moindre stress. L’ancien n°10 des Pallagoustys bricole désormais dans sa maison ou dans son jardin tout en savourant le plaisir immense de jouer à ‘’Papi’’ avec sa ‘’petitoune’’ Talia que son fils et sa belle-fille lui confient bien souvent.

Samedi 3 février

Après avoir passé tout l’été dernier à tronçonner quotidiennement quelques morceaux de hêtres et de peupliers sur le coin du Roc Noir, Jean-Louis, par prudence, rapatrie aujourd’hui le fruit de son travail remisé quelque part sur les Hauts du Gourd ’En Coq.

Jeudi 1er février

L’heure de la Biblio, une fois par mois, est un moment bien agréable à partager en toute quiétude au milieu des livres et des amis et l’occasion est ainsi donnée de retrouver des lecteurs rares de vue tout en bavardant de tout et de rien et à bâtons rompus.